kryvaixouzs-lucas-alexander

Décembre : les coups de coeur de ma sœur!

Quand nous étions petites, à l’approche du temps des fêtes, nous prenions le train à la gare de Coteau, à destination de Montréal. C’était notre grosse sortie de l’année. En fait, je pense que nous l’attendions tous les jours de décembre, cette aventure dans la grande ville. Mes parents réservaient une table pour quatre au grand restaurant du 9e étage, chez Eaton. Nous n’avions qu’une chose en tête : pénétrer dans l’immense  salle à manger Art déco où était dressé chaque année le plus impressionnant des sapins de Noël. Lire la suite

Novembre : les coups de cœur de ma sœur!

14803342_1139892112754739_1687917806_o-1

J’adore cette photo de ma sœur et moi… Bon, on est en mode “maquillées-arrangées” pas à peu près, mais c’était lors de son mariage! Aaaaah, que c’était une belle journée. Je me rappelle toutefois avoir eu un pincement au cœur en réalisant que c’était vrai de chez vrai, qu’elle “nous quittait” pour faire sa vie avec son homme, qu’elle fondait une nouvelle famille… J’ai été surprise de cette réaction un peu puérile de ma part, voire complètement dépassée pour notre époque, mais… il faut croire que ce genre de symbole, c’est assez saisissant merci! Et mon beau-frère est quelqu’un de tout à fait charmant (alors allez savoir?) Aujourd’hui, sa famille, c’est ma famille et je considère ses enfants comme les miens. C’est sûr que j’aimerais que nos maisons ne soient qu’à deux pas, mais la vie nous a amenées ailleurs; on aurait pu faire une collecte de bonbons d’Halloween avec les cousins, tiens! Je pourrais faire ma fatigante et arrêter “juste 5 minutes” le vendredi soir, après l’école… On pourrait aussi “aller prendre une marche” le soir et chialer un peu en cachette en parlant de nos petits drames du quotidien… Toutefois, quand on se voit, on est présentes dans le moment et on apprécie vraiment que nos amours courent partout, qu’ils déplacent de l’air ensemble. En famille.

Ma sœur, c’est la fille cool-branchée-toujours-à-l’affût. Elle a accepté que je parle de ses coups de cœur ici! En voici deux aujourd’hui. Yééééé!  Bien oui, avec le mois de novembre et son petit côté tristounet, son froid qui s’installe et sa grisaille pas tellement sexy, on a besoin d’un peu de réconfort, d’un petit geste qui fait du bien du genre à moi de moi Lire la suite

woman-1329790_1920

Pierre-Yves McSween : “En as-tu vraiment besoin?”

Hier, je vous disais que je vous partagerais un premier “coup de cœur de ma sœur”! Et que c’était évidemment devenu l’un des miens aussi…

Petite tranche de vie, pour les besoins de la cause :

-MA SŒUR (énervée) : Pascale, t’as vu, le livre de Pierre-Yves McSween est sorti!

-MOI : Han? Quoi? (Comment ça se fait que je ne savais pas ça!? J’aime tellement ce qu’il fait! Je suis donc bien en retard! Eh, misère…)

-MA SŒUR (triomphante, comme je l’aime) : Ben oui, ça s’appelle : En as-tu vraiment besoin? J’ai super aimé son chapitre sur les études, le travail. Il dit qu’il faut bien choisir son diplôme…

-MOI : Pis, le mien, est-ce qu’il est bon (mon diplôme)?

-MA SŒUR : Ben, t’as choisi les études littéraires, alors déjà…

-MOI : Come on, Renée! Arrête de niaiser!

-MA SŒUR : Bon. Disons que tu rentrerais peut-être dans la catégorie « Fred Pellerin ». Mais en pas mal moins connue…

-MOI : Han?? Lire la suite

soeurs-fleurs

Les coups de cœur de ma sœur!

Est-ce que je vous ai déjà parlé de ma soeur? Non?

Elle, c’est l’aînée. Moi je suis l’autre, puisqu’on est que deux. On a à peu près 2 ans d’écart. Il y a eu un temps où ça faisait toute la différence, alors que maintenant…

Elle s’appelle Renée, un prénom pas banal pour une fille de sa génération! Au début, son prénom, admettons qu’elle n’en raffolait pas, même si mes parents l’avaient choisi avec tout l’amour du monde (comme tous les parents). Par chance, en 1990, il y eu l’actrice Rene Russo, puis, Renée Zellweger dans Jerry Maguire… Elle et son nom, bien, ils se sont alors réconciliés :).

De dire qu’elle et moi, on s’est toujours bien comprises, ce serait faux. D’ailleurs, n’est-ce pas le lot de bien des frères et sœurs? Sauf qu’à présent, je suis tellement heureuses de ce qu’on est devenues! Je me rends compte qu’au fond, ce qui accrochait, c’était nos sensibilités respectives, nos peurs, nos doutes, nos bibittes... On est beaucoup plus semblables qu’on le croyait. Deux grandes sensibles, mais pas au même niveau, pas à la même place.

J’aurais tellement aimé comprendre ça avant, mais, tout compte fait, ça prend du recul pour saisir ce genre de chose…

Il faut dire qu’à première vue, il est plutôt difficile de savoir qu’on est sœurs! Quand on nous regarde, on voit deux brunettes, oui. Mais la génétique a concocté un petit mélange dont la recette fut fort différente pour chacune de nous! D’un côté, les traits de mon père et, de l’autre, ceux de ma mère. Et ne parlons pas de mon nez; c’est celui d’une pure étrangère, comme celui de Vada dans L’été de mes 11 ans, la suite!

Même chose pour notre personnalité, nos intérêts. Adolescente, j’étais cette fille bizarre qui collectionnait les coupes de cheveux à la garçonne et qui portait des chemises à carreaux. Elle, elle étudiait son look à même les magazines de mode qui jonchaient le plancher de sa chambre épurée alors que la mienne prenait des allures de repère encombré de rêveuse. Superficielle, ma sœur? Non.

C’est juste qu’elle s’appropriait le monde des adultes de cette manière-là, alors que moi, j’aspirais à l’indépendance, à une identité propre à  travers les romans, les pièces de théâtre ou tout ce qui pouvait nourrir mon monde intérieur. La mode et moi, on avait de la misère à s’entendre, c’est tout.

Renée aussi lisait, mais c’est juste qu’elle ne se définissait pas comme une intello. Alors que moi, eichhh, difficile d’y échapper! Comme plusieurs filles habitant sous le même toit, on s’est forgé une personnalité dans l’opposition. Probablement pour mieux se prouver qu’on existait. On a compris en vieillissant qu’on avait le droit d’être plus qu’une chose à la fois…

renee-et-ses-gars

Ma sœur et ses “boys”!

La maternité a aussi eu raison de nos plus grandes différences. On vit les mêmes affaires, on se comprend.

Aujourd’hui, ma sœur, c’est une fille brillante (elle l’a toujours été) qui a constamment l’œil ouvert question nouveauté. Ça peut être n’importe quoi! Un livre, un truc chouette à manger, un savon que personne ne connaît… Elle est au courant des tendances, de ce qui est cool, de ce qui vient tout juste de sortir. Bien souvent, avant tout le monde! Alors je lui ai demandé si je pouvais partager ses trouvailles et ses coups de cœur ici (yé!).

Je suis tellement contente de vous la présenter! C’est une mère formidable avec ses garçons en plus d’être une femme qui caresse encore de beaux rêves. Et ça, c’est vraiment la chose la plus importante. Même si on fait des choix différents, même si on ne voit pas toujours la vie de la même façon. Et puis, ce que j’aime de nous deux, c’est qu’on se respecte vraiment dans les décisions qu’on prend, sans jugement. Et on apprend l’une de l’autre, on s’ajuste.

Ce qui reste de nos personnalités opposées? Bien, en gros, admettons que, sur photo, elle a l’air de faire une pub de cosmétique ou de déco branchée alors que moi, j’ai une tête à faire la promo de la Sépaq ou quelque chose du genre!

Demain, je vous présente un premier coup de cœur de ma sœur, qui est aussi un des miens! Mais, devinez qui en a parlé la première?