Frida, c’est moi

DSC07741

Tel que promis, je vous reviens avec un album sublime : Frida, c’est moi, de Sophie Faucher et Cara Carmina !

À lire : Une fête haute en couleurs

C’est fou comme les livres peuvent nous toucher chacun à leur manière ! Au-delà de la dimension pédagogique, j’ai vraiment l’impression que le livre “fait pour nous” est celui qui nous parle, qui nous plonge dans la réflexion une fois la dernière page lue… Les albums jeunesse sont merveilleux, autant pour nous, adultes, que pour nos enfants, puisque l’amalgame des illustrations et de l’histoire transmet quelque chose de bien particulier, voire de plus puissant que lorsque nous sommes laissés à nous-mêmes devant un livre “nu” de couleurs ou d’esquisses auxquelles s’accrocher… Du moins, c’est mon humble avis ! 😉

Frida, c’est moi

Frida, c’est moi, c’est d’abord l’histoire d’une petite fille comme toutes les autres. Oui, on souhaite nous faire connaître la peintre mexicaine Frida Kahlo, mais ce qui s’impose d’abord à nous telle une évidence, c’est la notion d’identité !

Le personnage de Frida enfant s’adresse directement au mini lecteur et le fait entrer dans son univers. Un univers encré dans le quotidien d’une petite fille de cet âge, donc, une formule gagnante pour que notre coco se sente chez lui, interpelé et qu’il s’identifie à Frida. (Elle nous présente sa famille, sa maison, ses amis, son village…)

DSC07744

La tendance semble être aux femmes remarquables en littérature jeunesse et cette saveur féministe est loin de me déplaire puisque nous manquons cruellement de modèles féminins inspirants dans les livres pour enfants (même si on a fait des progrès) !

À visionner : Histoires du soir pour filles rebelles

Ce qui rend ce livre extraordinaire, c’est justement la façon dont on a décidé d’aborder le personnage de Frida Kahlo ! Il s’agit d’un miroir pour l’enfant; il apprend à la connaître comme s’il s’agissait d’une amie ! L’époque importe peu (elle est née en 1907). On découvre quelques faits marquants de sa vie et des éléments de la culture mexicaine par ricochet. 🙂

C’est une histoire captivante pour les minis, car l’auteure a su identifier les éléments de la vie de l’artiste susceptibles de les intéresser ou plutôt, elle les raconte de manière intéressante pour eux ! À chaque page, on en apprend davantage sur Frida et une formule répétitive vient illustrer le tout de manière poétique.

Par exemple, quand elle nous fait découvrir sa maison, elle nous dit :

“Je suis Frida-cherche-moi”. On a ainsi l’impression de jouer avec elle et on tente de la trouver dans sa magnifique Casa azul (maison bleue).

Quand elle nous parle de sa maladie, la poliomyélite, elle nous dit :

“Je suis Frida-ça -va-pas”.

L’identité de Frida se construit donc morceau par morceau et la création sans cesse renouvelée de son prénom nous amène à découvrir, à la toute fin, sa vocation d’artiste peintre :

“Je suis Frida-qui-peint. Je suis Frida Kahlo”.

Une activité pour aller plus loin

Cela faisait longtemps que j’avais envie de vous partager quelques astuces d’enseignante afin de vous approprier les livres jeunesse dont vous raffolez à la maison ! Et vous vous rendrez vite compte que ce sont des choses que vous faites même parfois naturellement sans en être conscients ! Toutefois, pour ceux qui souhaitent faire de la lecture une activité à approfondir ou à poursuivre, voici mon petit guide d’accompagnement pour Frida c’est moi. Vous vous doutez bien que, pour moi, la lecture se fait aussi au courant de la journée et pas seulement avant le dodo!

DSC07737

Avant la lecture 

Il est possible de faire plein de choses avant de plonger dans un livre avec notre enfant ! Ce que j’aime par-dessus tout, c’est de questionner nos minis sur la page couverture en y allant simplement :

Que voyez-vous sur la couverture de ce livre ? De quoi parlera mon histoire, vous croyez ?

(Par exemple, dans ce cas-ci, l’enfant peut nommer la petite fille aux cheveux noirs, les nombreux oiseaux, les fleurs, la banderole avec le prénom de Frida s’il sait lire…)

Pendant la lecture 

Il est faux de croire que notre loulou va tout comprendre ce que nous lisons en s’appuyant uniquement sur le contexte. Oui, il se peut qu’il devine le sens de certains mots “difficiles” par déduction… Toutefois, je prends toujours le temps de repérer les mots susceptibles de causer un bris de compréhension. Ce qu’on veut, c’est que notre coco reste accroché, alors on ne souhaite pas lui faire perdre le fil simplement parce qu’il ne comprend pas certains mots !

Voici une liste personnelle des mots à expliquer au cours de la lecture. Gardez cependant en tête que vous êtes le meilleur juge puisque vous connaissez votre enfant et êtes à même de pointer les mots dont il aura de la difficulté à saisir le sens. Aussi, on y va tout doux, car on ne peut TOUT expliquer:  ce serait trop long et on n’a pas envie d’interrompre la lecture sans arrêts !

Et puis, on se se fie à la réaction de notre petit rat de bibliothèque quand on voit surgir des points d’interrogation dans son regard ! 😉 Autre truc : on donne rapidement un synonyme (mot plus simple) et hop ! On continue !

Mots susceptibles de causer un bris de compréhension :

  • p. 5 (considérée comme la première page de l’histoire) : Hola !
  • p. 6 : Mexique, Aztèques, coyotes (s’appuyer sur les illustrations)
  • p. 12 : idole, épilepsie, chambre noire
  • p. 14 : la fête des morts, cimetière, pyramides
  • p. 17 : tatou, toucan, iguane (s’appuyer sur les illustrations)
  • p.19 : loquito, mariachi, polyomiélite
  • p. 20 : je boite
  • p. 24 : pastèque, grenade, œufs en neige, glace (crème-glacée)
  • p. 26 : éblouie
  • p. 28 : tramway, pinata
  • p. 32 : croquis

Après la lecture

On s’amuse ! Il y aurait tellement de choses à exploiter avec Frida, c’est moi ! On pourrait, entre autres, parler du Mexique et cibler spécifiquement les mots et expressions en espagnol. On pourrait aussi comparer de véritables œuvres imprimées de Frida Kahlo et demander aux enfants de trouver ce qu’elles évoquent dans l’histoire qu’on vient tout juste de lire !

Cependant, comme ce qui m’a frappée tourne autour de la notion d’identité, je propose de vous inspirer de la petite Frida et de demander aux enfants de décrire qui ils sont en réinventant leur prénom ! Il suffit de le mettre en parallèle avec ce qu’ils aiment, ce qui les intéresse, ce qui les définit…

On peut leur demander de séparer une feuille en quatre parties égales et d’identifier 4 éléments à illustrer. Par exemple, si votre louloute aime son amie Camille, cela peut être : “Je suis Simone-à-Camille” ! Si votre amour adore inventer des histoires, cela peut être : “Je suis Édouard-raconteur-d’histoires” ! Évidemment, le tout peut se faire oralement et on aide notre coco à écrire ce qu’il faut au-dessus de chaque petit dessin ! Voici de quoi vous inspirer avec les magnifiques illustrations de Cara Carmina !

DSC07743

Plus simple encore, on reproduit la dernière page du livre et on invite l’enfant à se dessiner dans un miroir et/ou à écrire 5 choses qu’il aime, 5 talents, 5 qualités, etc.

DSC07745

Bonne lecture et, la prochaine fois, je vous propose un autre livre et… une autre activité !

Pour vous procurer Frida, c’est moi des éditions Édito, c’est ICI !

Pssst ! Saviez-vous que ce livre est finaliste dans la catégorie jeunesse du Prix des libraires du Québec ? On comprend pourquoi !

Merci aux Éditions Édito pour le livre offert !

Pascale Clavel

Détentrice d'un B.A.C.C. en enseignement et d'une maîtrise en littérature française, Pascale Clavel, une fois devenue la maman de Chacha (5 ans) et Loulou (1 an), a fondé ce blogue afin de concilier ses deux plus grandes passions : célébrer le monde de l'enfance à travers les mots...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email