Le sommeil des enfants : petit guide de survie

cute-baby-2220375_1920

J’ai attendu ce moment avec impatience : celui de revenir avec vous sur la troisième et dernière conférence proposée en collaboration avec Bedon et Bout’chou (notre Naissance Renaissance Estrie qui vient de prendre un nouveau virage) et la Garderie Maternelle Hibouge et Bilingo!

Le sujet : le sommeil des enfants, quoi d’autre!!?? Le bon, le mauvais, le perturbé… Celui qui répare, celui qui rassure ou encore, celui qui effraie…

Cette fois-ci, une formule collective attendait les parents. Deux intervenantes chevronnées de Bedon et Bout’chou couvraient le sommeil des bébés (Jacinthe Camirand et Catherine Sévigny), alors qu’Elyse Gagnon Pelletier, directrice d’Hibouge et Bilingo (et collaboratrice de feu) s’occupait de nous parler des enfants de 2 à 5 ans.

Quant à Sonia Dupont, du studio Yoga Soleil, elle nous a tous permis de décharger une bonne dose de stress quotidien avec des exercices concrets à refaire à la maison!

Sans plus tarder, j’entre dans le vif du sujet afin de vous partager nos meilleurs outils, réflexions et ressources, sans pouvoir malheureusement tout couvrir (on devra offrir la suite de cette conférence l’année prochaine, n’est-ce pas, mes dames? 😉 )…

Tout d’abord, sachez qu’il n’existe pas de recette miracle ou de formule magique pour régler les problèmes de sommeil de nos charmants petits bouts d’énergie sur deux pattes… S’il y en avait, il n’y aurait pas autant d’échanges sur le sujet sur les réseaux sociaux ou de parents à la mine fripée dans notre entourage!

Toutefois, il existe quand même des principes de base avec lesquels on peut composer selon nos valeurs et ce qui nous parle à nous… Des recherches ont également été effectuées afin de nous éclairer.

carlo-navarro-219810

Pour ce qui est de nos bébés d’amour…

Il est évident qu’on est parfois déroutés devant le sommeil entrecoupé de nos nouveaux petits êtres humains, puisqu’il n’a rien à voir avec le nôtre!

À retenir : il est inutile de culpabiliser si le petit voisin ou le fils de la cousine “fait ses nuits” à un mois à peine alors que notre trésor peine à effectuer un bloc de 3 ou 4 heures. Ce qui importe, c’est le sommeil effectué en totalité durant la journée. Le reste est une question de maturité du cerveau, de réconfort, de bonnes habitudes et… d’apprentissage! J’ai été plus que rassurée d’apprendre que les bébés semblent provenir d’une autre planète et qu’ils ont vraiment tout, tout, tout à apprendre. Même dormir! Donc, on n’est pas de moins bons parents si le nôtre “ne fait pas encore ses nuits”! Gardons confiance et donnons-nous des tapes dans le dos plutôt que de nous taper sur la tête!

C’est sûr qu’on a parfois besoin de notre sommeil à nous et qu’on aimerait bien faire partie de ces chanceux-là qui ont droit à 6 heures d’affilée peu de temps après la naissance, mais en fait, il faut aussi savoir que ce fameux sommeil risque de subir un changement autour de 3 mois. Un bébé qui dormait beaucoup avant peut se réveiller plus fréquemment à partir de cet âge, alors, encore une fois : pas de panique! Merci, Bedon et Bout’chou, pour la résolution de ce mystère!

hare-1244405_1920

Des pistes?

Évidemment, ce qu’on veut, ce sont des outils pour nous permettre d’être à peu près fonctionnels le lendemain matin… Et ce, en plus de notre cinquième café! Alors voili-voilà :

  1. On est attentifs aux signes de fatigue de notre bébé. Il se frotte les yeux, il devient plus discret, il pleure davantage? Il a le front un peu plus rouge (étrange, mais vrai)? Dès que ces petits indices apparaissent, on ne fait ni une ni deux et on commence le rituel du dodo. En journée, en soirée, tout le temps! On optimise ainsi nos chances de réussite.
  2. Bien souvent, le besoin de présence humaine est plus important pour le bébé que celui d’être nourri. Même s’il a besoin de boire fréquemment, ce serait beaucoup plus notre présence qu’il rechercherait. Solution? On tente de bâtir ce sentiment de sécurité et ce lien d’attachement durant cette première année de vie du mieux qu’on peut. Le portage peut être une solution intéressante pour favoriser le rapprochement. Certains petits ont besoin de repères plus stables que d’autres pour les dodos (toujours au même endroit, la doudou près de lui, le chandail de maman collé-collé…). Bref, on tente d’être à l’écoute, car tous ces petits gestes porteront fruit plus tard, même si cela peut sembler énergivore et fastidieux au début.
  3. Parlons énergie, justement! Quoi faire si on est à bout? Prendre soin de son sommeil d’adulte, oui, mais comment? Évidemment, c’est parfois barbant, mais faire des siestes en même temps que le bébé reste la solution no. 1. Jacinthe et Catherine nous encourage aussi à faire appel à une tierce personne pour récupérer durant la journée. Une mamie? Un papi? De l’aide à domicile telle qu’offerte par Bedon et Bout T’chou? On ne refuse pas. On a besoin de dormir? On dort. Le reste attendra.Quand on sait qu’une personne de confiance s’occupe de notre coco, on peut davantage se laisser aller durant nos siestes tellement nécessaires et réparatrices…
  4. Une routine stable aide beaucoup, même chez les tout petits bébés. On a l’impression de chanter “Vole, vole papillon doux” un peu dans le vide pour la trente-quatorze-mille-douzième fois, et ce, tous les soirs pour rien? Mais non. On est bons, voilà tout. On est en train d’offrir un repère sécurisant, parce qu’apaisant et prévisible. Avez-vous pensé à faire un petit massage pour bébé? J’ai bien l’intention de m’y mettre avec p’tit loup quand il sera là!
  5. Notre bébé pleure beaucoup et est difficile à consoler lors de ses réveils? Avez-vous essayé la petite danse de l’apaisement? C’est presque magique, dans certains cas!
  6. Si notre chou se réveille la nuit et qu’il se met à pleurnicher ou à faire de drôles de galipettes dans son lit, on peut aussi attendre un peu… Jacinthe et Catherine nous disent qu’il est peut-être en transition et qu’il est dans une sorte de demi-sommeil! Il se peut qu’il se rendorme par lui-même après 2-3 minutes! Moi qui était du genre à accourir dans la chambre de puce au moindre petit bruit… Pffff…
  7. Bébé coco-mignon a besoin d’être sur nous pour fermer l’œil nuit comme jour après les boires? Quand le dépose-t-on sans être obligés de faire des figures de Ninja pour éviter de faire craquer le plancher et tout bousiller? 20 minutes! Ce serait la période nécessaire à notre trésor pour sombrer dans une phase de sommeil profond et être ainsi déplacé sans heurts! Je l’ai testé avec fille, et ça fonctionnait bien!
  8. Ah oui! Et puis, on essaie de mettre le nez dehors avec bébé d’amour! Cela lui permet d’évacuer le stress grâce à la production de mélatonine. On prend tout ce qu’on peut, hein?

Un bémol, toutefois. Si notre bébé perd du poids ou ne semble jamais rassasié, vaut mieux consulter un professionnel de la santé… Il en est de même si on a d’autres inquiétudes du genre. On connait notre petiot plus qu’on pense, alors on se fait confiance pour ce genre de doutes…

Quelques chiffres

  • Un bébé de 0 à 3 mois aurait besoin, en moyenne, de 14 à 17 heures de sommeil en tout (en additionnant le jour et la nuit).
  • Un nourrisson de 4 à 11 mois : 15 heures de sommeil en tout.
  • Un bébé de 1 à 2 ans : 14 heures de sommeil en tout.
  • Un bébé peut rarement faire « ses nuits » avant 9 mois (attente sociétale réaliste?)
  • Entre 2 et 3 ans, 60% des enfants se réveillent à nouveau au moins une fois par nuit.

Il y a trop à dire, alors on vous revient pour nos nos plus grands et on fait le point sur les siestes en garderie et à la maison! Restez également à l’affût dans les prochains jours, car on vous réserve des astuces pour maintenir la routine du dodo et nous faciliter la vie de parents, même en vacances!

Note : Nous préférons faire dans la transparence et ajouter que Bedon et Bout’Chou tente le plus possible d’offrir aux parents des méthodes sans pleurs pour encadrer le sommeil des bébés. Toutefois, l’important, c’est d’être attentifs à nos limites, à notre degré de fatigue et à nos valeurs… Sans faire la promotion des autres méthodes, les intervenantes sont très ouvertes aux différents besoins des parents et sont en mesure de leur offrir des informations concernant ces autres outils. Elles sont là pour vous dans l’ouverture et le non-jugement!

Sources pour le présent article et autres ressources (on y va avec ce qui nous parle à nous!):

La sieste chez l’enfant , Brigitte Langevin, Éd. de Mortagne

Enfin je dors…et mes parents aussi , Evelyne Martello, Éd. CHU Sainte-Justine

J’apprends à dormir, Dre Évelyne Pannetier, Éd. Québec-Livres

Un sommeil paisible et sans pleurs, Élizabeth Pantley, Éd. Art de s’apprivoiser

Mon enfant dort mal, Challamel et Thirion, Éd. Packet

Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants – sommeil – Centre d’excellence pour le développement des jeunes enfants, Tremblay, Barr Peters et Boivin.

Mon bébé comprend tout, Solter, Éd. Marabout

La science au service des parents, Suderland, Éd. Hurtubise

Les secrets du sommeil de votre enfant, Fluchaire, Éd. Albin Michel

L’enfant et sont sommeil, Leersnyder, Éd. Robert Laffond

Le sommeil de votre enfant, Kahn, Éd. Odile jacob

Au lit, j’ai dit!, Friman, Éd. Impact

Pascale Clavel

Détentrice d'un B.A.C.C. en enseignement et d'une maîtrise en littérature française, Pascale Clavel, une fois devenue la maman de Chacha (5 ans) et Loulou (1 an), a fondé ce blogue afin de concilier ses deux plus grandes passions : célébrer le monde de l'enfance à travers les mots...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email