Maman, crois-moi, le premier Noël avec bébé est magique!

Par Karine Gravel de Bedon Bout’chou

Je pense que c’est au premier Noël passé avec bébé que j’ai commencé à ADORER Noël. Vraiment ADODER Noël! Par contre, je me rappelle de l’angoisse que j’ai ressentie à l’idée que bébé se mette à pleurer tout le long des nombreux parties. Il était timide, mon garçon : difficile de l’approcher sans qu’il se mette à pleurer. Et puis tous ces microbes et ces rhumes qui circulent… une petite voix me disait de fuir la foule.

Appréhendes-tu toi aussi les fêtes avec bébé ?

J’ai préparé quelques trucs pour t’aider à passer au travers sans trop perdre de plumes. 😉

Car c’est inévitable : bébé va pleurer, un peu, moyen, beaucoup. La famille voudra tous toucher, regarder, prendre bébé, l’accueillir avec amour. Tu auras des commentaires ou des conseils non souhaités. Et j’ai tendance à dire que si on ne peut pas contrôler ce qui vient à nous, mais on peut néanmoins contrôler nos réactions.

Et c’est dans ce sens que mes conseils vont. Parce que les raisons qui dictent tes choix te regardent personnellement. C’est instinctif. Et tu le fais pour le bien de bébé et celui de ta famille donc pas de jugement là-dessus!

1.La communication dans le couple, c’est la base d’un Noël heureux

Si simple ! Il est essentiel de parler avec ton/ta conjoint.e de tes sentiments et de tes appréhensions pour la période des fêtes. Vous êtes maintenant une équipe et votre super pouvoir réside dans la communication. Ensemble, vous pouvez passer à travers tout, à condition de vous épauler mutuellement.

Discutez de ce que vous voulez et de ce que vous ne voulez pas pour bébé. Discutez des situations qui vous rendent mal à l’aise. Discutez aussi de solutions pour vous sortir de situations indésirables.

2.Suivez votre instinct!

La seule façon de te sentir en accord avec les situations qui se présentent à toi est de te faire confiance et de suivre ton instinct. Si toi et ton/ta conjoint.e avez convenu d’une limite à ne pas dépasser, (exemple reprendre bébé des bras de la famille s’il pleure), employez-vous à la faire respecter. Sachant que ton/ta conjoint.e te supporte dans tes décisions, c’est plus facile de s’affirmer et de dire plus aisément « Matante, je vais reprendre bébé, j’aimerais le consoler ». La peur de se faire juger et la peur de déplaire prend souvent le dessus, mais si ton/ta conjoint.e t’épaule dans tes choix, c’est tellement plus facile d’écouter ton instinct.

Vous êtes les deux personnes les mieux placées pour savoir ce qui est bon ou pas pour votre enfant.

Mon truc : si vous souhaitez garder bébé dans vos bras, près de vous, apportez un porte-bébé! En plus des germes, bébé n’étant pas habitué de se passer ainsi de bras en bras pourrait être à bout de nerfs. L’avoir collé contre vous le rassurera et lui permettra d’avoir une petite pause sans que vous n’ayez à vous expliquer.

3.Des commentaires non désirés, il y en aura. Préparez-vous simplement à les recevoir.

Votre famille est contente d’accueillir un nouveau dans la famille et tous les commentaires ou conseils qu’elle vous dira seront, pour eux, une façon de prendre soin du nouveau bébé. Point. Avant de partir, avec votre conjoint.e, répétez-vous que vous êtes les meilleurs parents pour votre enfant…

Nous avons, mon conjoint et moi, convenu de garder en tête les remarques les plus drôles et le chemin du retour sert à faire un concours entre les remarques les plus loufoques et saugrenues qu’on nous a dites durant la soirée! Nous finissons toujours par en rire et à dédramatiser. Parce que dans le fond, ces commentaires sont faits avec amour. Maladroitement, j’en conviens, mais tout de même avec amour.

Réflexion sur les contacts humains

Je vous laisse sur une petite réflexion sur les contacts humains. D’un côté, pour plusieurs, avoir une bulle autour de bébé est tout à fait normal. Les commentaires et conseils sont parfois plates à recevoir et on préférerait parfois ne pas avoir à les accueillir…

D’un autre côté, quelle sorte de société est-ce qu’on veut pour notre enfant? Une société qui l’accueille à bras ouverts ou une société qui ne s’y intéresse pas de peur de froisser?

Préférez-vous vous sentir isolée dans votre rôle de parent ou avoir à faire la sourde oreille une fois de temps en temps ? 😉

Pour beaucoup de personnes, les enfants sont le symbole du bonheur. Les toucher est leur façon de communiquer leur affection. Vous conseiller est leur façon de prendre soin de vous. Bien des personnes sont aussi heureuses de revoir des petits enfants après avoir vu les leurs grandir si vite.

Ce n’est pas mal de leur part de s’approcher de votre enfant, comme ce n’est pas mal de ta part de préférer qu’ils ne touchent pas ton bébé. C’est ton bébé, c’est ta décision, il suffit de la communiquer en douceur pour que tout se passe bien. 🙂

Toutefois, si tu n’as pas le temps d’exprimer ta peur des germes avant que quelqu’un bécotte bébé, tu peux toujours sortir ton plus beau sourire et… tes lingettes humides!

Passe de belles fêtes avec ton nouveau trésor !

Karine xx

Crédit, photo à la une : https://fr.freepik.com/photos-vecteurs-libre/personnes, Personnes photo créé par senivpetro, fr.freepik.com

Bedon et bout'chou
Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email