Sieste ou pas sieste? (le sommeil des enfants d’âge préscolaire)

siesteMe revoilà aujourd’hui pour aborder la deuxième partie de notre conférence sur le sommeil des enfants en collaboration avec Bedon et Bout’ Chou, la Garderie Maternelle Hibouge et Bilingo ainsi que le studio Yoga Soleil (qui s’est joint à nous pour notre plus grand bonheur)!

Parce qu’on ne s’était pas encore attardés sur le cas de nos minis plus vieux, n’est-ce pas? Vous savez, ces petits coquins qui, à 4 ans (et même avant) revendiquent déjà leur droit de “ne pas dormir”! Et avec le sourire, en plus! Pas étonnant qu’on fonde à la vue d’une telle binette-de-p’tit-pet et qu’on finisse par céder…

Alors voilà, sans plus tarder, on fait le point sur ce dont on a discuté avec un groupe de parents allumés et avides de ressources (on n’en a jamais assez dans ce dossier) dans les locaux de la très innovante Garderie Maternelle Hibouge et Bilingo!

La fameuse sieste de l’après-midi…

Notre enfant ne fait plus de siestes à la maison, mais il continue à en faire à la garderie? Mais pourquoi, pourquoi??? “Que t’ai-je fait ô sort?” Désolée, je m’emporte. 😉

À moins que cela vous convienne, puisque notre chou s’endort plus facilement le soir venu?

L’envie peut parfois nous prendre de demander à notre éducatrice qu’on aime de ne pas faire dormir notre trésor, sous peine d’être obligés d’étirer notre journée sans fin en priant pour que notre progéniture pose ENFIN la tête sur l’oreiller…

Évidemment, Élyse nous comprend (parce qu’elle a elle aussi des enfants, hein!), mais elle nous propose autre chose! Pourquoi? Tout simplement parce que les besoins de notre coco qui évolue toute la journée en milieu de garde sont différents.

La garderie, c’est stimulant, voire beaucoup plus demandant que la maison. On a des consignes à suivre, on doit attendre son tour, suivre le groupe, apprendre dans un milieu qui bourdonne à certains moments… À titre d’exemple, vous est-il déjà arrivé d’assister à une soirée mondaine ou de débattre sur un sujet au bureau, entourés de tous vos collègues? En êtes-vous ressortis complètement vidés, comme si votre énergie s’était évaporée par la fenêtre?

Eh bien, c’est ce qui se produit parfois en garderie après un avant-midi à vouloir “tout bien faire” avec les amis : on a besoin de repos. Et lutter contre ce sommeil peut même avoir des conséquences fâcheuses pour nous, parents, puisque notre coco développe des petits trucs pour refuser de se laisser aller dans les bras de Morphée le moment venu…

Oui, je sais, ce serait plus simple si notre mini faisait comme à la maison, mais on est dans un contexte tellement différent…

On fait quoi, alors? Élyse nous suggère de repousser l’heure du dodo un tout petit peu. Environ de 30 minutes. Peut-être aussi d’aller jouer dehors après le souper ou de faire un jeu plus actif à l’intérieur? Ensuite, on poursuit avec la routine habituelle, question de repères!

Notre chou-doudou joue au récalcitrant? Il n’arrive quand même pas à fermer l’œil? On l’implique dans un rituel qui se déroulera de manière autonome DANS SA CHAMBRE. On l’invite à lire des livres, à colorier sur un cabaret-coussin, à écouter de la musique douce dans son lit, à faire quelques postures de yoga déterminées à l’avance… Bref, l’important, c’est qu’il puisse le faire seul et sans trop d’interventions de notre part. Bien souvent, l’enfant sentira lui-même quand ce sera le temps d’aller au dodo. Sinon, on peut convenir ensemble d’un nouveau couvre-feu à respecter.

Pour puce, je lui ai fait une petite boîte sur sa table de nuit et elle choisit elle-même les livres et cartes de souhaits qu’elle aime regarder seule avant de dormir..

Ces temps-ci, les petits livres sur les papillons offerts par Bfly ont vraiment la cote... Elle aime bien aussi la boîte colorée et les peluches qu'elle s'amuse à faire parler...

Ces temps-ci, les petits livres sur les papillons offerts par Bfly ont vraiment la cote… Elle aime bien aussi la boîte colorée et les peluches qu’elle s’amuse à faire parler…

L’importance d’une routine sécurisante

Vous avez sûrement votre petite routine à la maison avant d’aller dormir… Chacun y ajoute son grain de sel et c’est cette personnalisation qui en fait un succès auprès de notre amour… Mais voici tout de même quelques repères si on souhaite améliorer le tout ou peaufiner un peu.

On tente le plus possible d’élaborer une routine:

  • Stable et prévisible
  • En co-construction : On invite l’enfant à planifier cette routine avec nous. Combien de câlins? Dans quel ordre on fait les choses? Bain-pyjama-dents-brossées-histoire-caresses? On l’incite à faire de petits choix qui nous conviennent, car, ainsi, il se sentira plus à même de respecter ce à quoi il a contribué!
  • Dans une atmosphère calme : lumière tamisée, diminution du niveau sonore dans la maison, massage…
  • Sans écrans : Même si cela est tentant, il a été démontré que les écrans avant le dodo stimulent au lieu d’avoir un effet apaisant…
  • En étant physiquement et mentalement “présents” comme parents : Si on est préoccupés par autre chose, qu’on pense au dossier que l’on doit terminer une fois bibi endormi, notre petite éponge à émotions risque de le ressentir et être encore plus “demandante” dans son besoin de connecter une dernière fois avec nous avant la grande séparation de la nuit. Pas toujours facile, mais on essaie le plus possible de décrocher et de profiter nous aussi de ce moment de câlins et de détente avant de nous remettre à la tâche. On y gagne vraiment! 😉
Castor et Compagnie fait une merveilleuse routine du dodo en pictogrammes que l'enfant peut manipuler lui-même. Crédit : Les Z'enfantillages

Castor et Compagnie fait une merveilleuse routine du dodo en pictogrammes que l’enfant peut manipuler lui-même. Crédit : Les Z’enfantillages

Faire de la chambre un lieu propice au sommeil

Bien évidemment, il y a des soirées où l’on est nous-mêmes fatigués… Et où on perd patience puisque rien ne va plus! Au quatrième pipi ou au énième verre d’eau, il arrive qu’on craque! Dans ce genre de moment, on a le droit de prendre du recul et de s’isoler. C’est bon pour nous et c’est bon pour notre enfant. On va faire une petite danse dans la salle de bain ou on prend “quelques poffes” d’huiles essentielles, comme nous l’a si bien dit Catherine de Bebon et Bout’chou, non sans nous avoir fait cadeau de son plus beau clin d’œil de connivence…

L’important, c’est de garder en tête que l’on évite de “chicaner le tout-petit” dans la chambre. Il sort de “son périmètre-repos” de lui-même, descend l’escalier, vient nous voir au salon? On pose une main sur son épaule, on évite de trop échanger avec lui, puis on le reconduit sagement dans son lit. Plusieurs fois si nécessaire. Avant de quitter, on peut lui dire qu’on a tout fait la routine ensemble (en énumérant chaque point, en validant avec lui) et qu’on se donne un dernier câlin. “Prend tout ce dont tu as besoin dans ce dernier câlin”, qu’on peut lui dire, nous rassure Catherine.

Mais vous savez, on ne pourra jamais être parfaits et le dodo, c’est un dossier plutôt chaud… On fait de notre mieux et on tente d’être à l’écoute. Bien souvent, c’est un besoin de sécurité ou encore, une envie de passer du temps avec nous qui se cachent derrière une routine du dodo chaotique. Une piste serait de garder une période de jeu ou de rapprochement supplémentaire le lendemain afin de nous donner le plus de chances possibles de réussir le soir venu…

Les peurs

Il arrive que notre enfant ait peur avant d’aller au lit. Il se réveille peut-être la nuit à cause des cauchemars? Chez nous, on a décidé de mettre quelques objets rassurants à portée de main ou de se donner quelques trucs.

  • On a mis une lampe de poche (pour chasser les monstres!) sous l’oreiller.
  • On compte jusqu’à 10 pour se changer les idées.
  • On chante une chanson intitulée “Je n’ai pas peur!” aussi souvent que nécessaire.
  • On donne parfois à manger à notre mange-tracas (une peluche avaleuse de vilaines peurs!) avant d’aller au lit ou lorsqu’une peur survient au cours de la journée.

D’ailleurs, à ce sujet, je vous invite à lire le billet d’Elyse sur les peurs juste ici!

Ce qu’on a envie de vous dire pour terminer? On est beaux, on est bons, on est capables! Bon.

Pascale, Élyse, Jacinthe, Catherine et Sonia.

Pssst ! : Vous partez en vacances? Vous aimeriez avoir quelques astuces pour maintenir tous ces beaux principes lorsque vous êtes ailleurs ou en déplacement? On vous a préparé une petite boîte à outils pour la semaine prochaine! Revenez-nous!

Pour lire notre premier billet sur le sommeil des bébés, c’est ici!

Sources et ressources pour notre dossier “sommeil” (on prend ce qui correspond à nos besoins et valeurs…)

  • La sieste chez l’enfant , Brigitte Langevin, Éd. de Mortagne
  • Enfin je dors…et mes parents aussi , Evelyne Martello, Éd. CHU Sainte-Justine
  • J’apprends à dormir, Dre Évelyne Pannetier, Éd. Québec-Livres
  • Un sommeil paisible et sans pleurs, Élizabeth Pantley, Éd. Art de s’apprivoiser
  • Mon enfant dort mal, Challamel et Thirion, Éd. Packet
  • Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants – sommeil – Centre d’excellence pour le développement des jeunes enfants, Tremblay, Barr Peters et Boivin.
  • Mon bébé comprend tout, Solter, Éd. Marabout
  • La science au service des parents, Suderland, Éd. Hurtubise
  • Les secrets du sommeil de votre enfant, Fluchaire, Éd. Albin Michel
  • L’enfant et sont sommeil, Leersnyder, Éd. Robert Laffond
  • Le sommeil de votre enfant, Kahn, Éd. Odile jacob
  • Au lit, j’ai dit!, Friman, Éd. Impact

Pascale Clavel

Détentrice d'un B.A.C.C. en enseignement et d'une maîtrise en littérature française, Pascale Clavel, une fois devenue la maman de Chacha (5 ans) et Loulou (1 an), a fondé ce blogue afin de concilier ses deux plus grandes passions : célébrer le monde de l'enfance à travers les mots...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email