Pierre-Yves McSween : “En as-tu vraiment besoin?”

Hier, je vous disais que je vous partagerais un premier “coup de cœur de ma sœur”! Et que c’était évidemment devenu l’un des miens aussi…

Petite tranche de vie, pour les besoins de la cause :

-MA SŒUR (énervée) : Pascale, t’as vu, le livre de Pierre-Yves McSween est sorti!

-MOI : Han? Quoi? (Comment ça se fait que je ne savais pas ça!? J’aime tellement ce qu’il fait! Je suis donc bien en retard! Eh, misère…)

-MA SŒUR (triomphante, comme je l’aime) : Ben oui, ça s’appelle : En as-tu vraiment besoin? J’ai super aimé son chapitre sur les études, le travail. Il dit qu’il faut bien choisir son diplôme…

-MOI : Pis, le mien, est-ce qu’il est bon (mon diplôme)?

-MA SŒUR : Ben, t’as choisi les études littéraires, alors déjà…

-MOI : Come on, Renée! Arrête de niaiser!

-MA SŒUR : Bon. Disons que tu rentrerais peut-être dans la catégorie « Fred Pellerin ». Mais en pas mal moins connue…

-MOI : Han??

Évidemment, je me suis ruée à ma librairie pour acheter ledit livre. Pour ensuite le dévorer comme un petit pain chaud. (Il n’en restait qu’un sur les tablettes!) Je me suis dit qu’il fallait absolument que je vous en parle parce que, la gestion des finances, c’est aussi ça être parents!

Et aussi parce que j’étais plus qu’exaspérée de me sentir parfois  souvent nounoune devant tous ces chiffres qui se promenaient. J’avais envie d’être plus présente dans ce dossier-là, qui, avons-le, était davantage maîtrisé par mon chéri… #confession

Alors que je m’attendais à un truc qui allait m’en faire baver, j’ai trouvé cette lecture assez divertissante merci! Comme quoi, un comptable capable d’être intéressant, voire même drôle, ça se peut! En tout cas, Pierre-Yves McSween a réussi ce tour de force. Le livre est attrayant, le personnage derrière tout ça, plus qu’inspirant.

J’ai énormément d’admiration pour les gens qui arrivent à parler de manière intelligente tout en étant d’excellents vulgarisateurs; c’est la principale qualité de tout pédagogue qui se respecte. Je souffre depuis toujours du syndrome de la phrase trop longue. Pas Pierre-Yves McSween. Son écriture est claire, efficace, tout en étant colorée! Bref, moi qui déteste me retrouver dans un bureau à parler d’argent avec un planificateur financier, je me suis surprise à parcourir les chapitres de ce livre avec l’avidité d’une lectrice de chick litt (j’exagère à peine).

Il faut dire que notre-auteur-qu’on-aime n’y va pas de main morte pour nous brasser la cage! Pour passer son message, il a su maîtriser l’art de l’exemple bien choisi, de la comparaison percutante. Je vous l’ai dit : c’est un prof et ça paraît! Et on aimerait tous qu’il nous donne un cours, d’ailleurs… Il me vient des images de conférences bondées de monde, animées par notre dandy un tantinet négligé qui se promènerait dans tous les sens sur la scène… Lumière. Ovations. Je digresse.

Bref, l’humour. C’est la clé qu’a utilisée l’auteur pour alléger l’assimilation d’un sujet aride pour le commun des mortels. Sarcastique à souhait, on hésite parfois entre être choqués ou amusés par les propos tenus par Pierre-Yves McSween. Son but? Probablement capter notre attention (vous êtes là?), nous faire réagir (oui!), puis, ultimement, saisir de quoi il parle (on part!)

Plusieurs clichés y passent : les douchebags, le Lavalois, l’étudiant dans la vingtaine, le gars de Westmount… Mais, ne vous en faites pas! Notre charmant chroniqueur (en plus!) n’est pas snob pour 2 sous et retourne facilement ses armes de persuasion contre lui. L’autodérision, c’est toujours gagnant.

Évidemment, il n’est pas là pour qu’on l’aime, mais bien pour nous réveiller! Mais, on finit par l’aimer quand même! Parce qu’il nous force à, comment dire? Faire une sorte d’examen de conscience dans un monde aussi matériel que le nôtre?

Ce que j’ai retenu? Plein de choses! Mais, comme une image vaut mille mots, voici comment En as-tu vraiment besoin m’a réconciliée avec une partie de moi-même… ou m’a donné une bonne dose de sueurs froides.

dsc07014

Comme petite nouvelle sur le web, je dois soigner l’image que je projette. J’avais un peu honte de photographier mon vieil ordinateur portable avec mon café du matin et de partager le tout sur Instagram. Toujours hors-cadre d’habitude, voici mon ami fidèle dans toute sa splendeur! “Du neuf : en as-tu vraiment besoin” (Pierre-Yves McSween)

Il y a peu de temps, j’ai vendu ma Yaris 2007 à ma belle-sœur qui venait d’avoir un bébé. Ils avaient besoin d’une deuxième voiture pour le travail du beau-frère. J’avais 35 ans. Bon, cette fois-ci, le morceau de robot va à mon chum, puisque c’est lui qui l’utilisait pour aller travailler! Pas de photo ici; vous êtes tous capables de visualiser une Yaris 2007 silver… Une voiture neuve : en as-tu vraiment besoin? (Pierre-Yves McSween)

C’est là que ça se corse…

pix_7271

On s’est mariés. Oui, mais on aurait pu simplement signer des papiers qui comportent leur lot d’avantages (financièrement parlant) et faire une fête dans notre salon, mais… on a opté pour la version rêve- de-princesse-d’une-romantique-finie. Coupable, votre honneur. “Le mariage : en as-tu vraiment besoin?” (Pierre-Yves McSween)

Même chose ici pour les fêtes d’enfants… Cette photo a été prise chez une copine, car les miennes étaient trop indécentes avec leur gâteau deux étages et les petits sacs-cadeaux explosant de bonbons pour les petits amis… Les fêtes d’enfants, en as-tu vraiment besoin? (Pierre-Yves McSween)

img_20161021_100916

Ah oui, et puis, j’ai pris plusieurs cafés en écrivant cet article. Dans un resto. Alors que j’ai une machine à café plus que convenable chez moi. “Cuisiner : en as-tu vraiment besoin?” (Pierre-Yves McSween)

Vous avez tous compris que Pierre-Yves McSween n’est pas contre toutes ces belles choses de la vie, mais qu’il nous invite à revisiter nos choix quant à la manière de les vivre.

Alors, ça vous parle? Pour terminer, je me permets de citer Paul Arcand dans sa préface : “Ce livre, vous en avez vraiment besoin!”

Et, ça tombe bien, parce que, vous savez quoi? À la suite d’un petit coucou de ma part, Pierre-Yves McSween nous a gracieusement fait cadeau de, non pas un, mais deux exemplaires de son livre à faire tirer parmi les lecteurs d’Un Autre Blogue de Maman! On est chanceux, han?

Pour participer, il suffit :

  • D’aimer la publication Facebook du concours et/ou
  • De commenter la publication

Si le cœur vous en dit, on vous invite à aimer notre page Facebook et à partager le concours!

Vous avez jusqu’au vendredi 28 octobre, 16h00 pour participer. Le nom des gagnants seront dévoilés sur la page Facebook d’Un Autre Blogue de Maman! Ce concours n’est pas géré ni commandité par Facebook.

Bonne chance et… bonne lecture!

Pascale Clavel

Détentrice d'un B.A.C.C. en enseignement et d'une maîtrise en littérature française, Pascale Clavel, une fois devenue la maman de Chacha (5 ans) et Loulou (1 an), a fondé ce blogue afin de concilier ses deux plus grandes passions : célébrer le monde de l'enfance à travers les mots...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

7 réflexions sur “Pierre-Yves McSween : “En as-tu vraiment besoin?”

  1. Nicole dit :

    Je suis une grand-maman qui se pose souvent la question pour mes petits-enfants. En a-t-il vraiment besoin ?

  2. Chantal dit :

    Exactement ce que ça me prend pour augmenter mon sentiment de compétence dans le domaine de l’argent!

    • Pascale Clavel dit :

      Oui, et ça me le prenait aussi! Au fur et à mesure de la lecture,on gagne en confiance! Depuis que je l’ai lu, je n’arrive plus à faire de dépenses impulsives! Je me dis : “Pierre-Yves McSween, sors de ma tête!” L’insouciance face à l’achat, c’est vraiment fini!

Les commentaires sont fermés.