Le Père Noël existe-t-il?

mike-arney-174173 (1)J’ai posé une question à Élyse, notre collaboratrice adorée, éducatrice à la petite enfance et directrice de la garderie maternelle Hibouge et Bilingo… Et vous, vos petits mensonges avec vos minis en ce temps des fêtes?

“Bonjour Elyse!

Question difficile aujourd’hui (et de la plus haute importance)… Crois-tu que nous devons tout cacher à nos minis concernant le Père Noël et sa magie? Le déguisement, mononcle Bertrand et sa fausse barbe, les fausses traces de ski de fond traîneau dans la neige, la collation aux brisures chocolatées engloutie par papa adoré…

J’ai pratiquement eu un accrochage avec mon chéri, car je n’avais pas la même version que lui concernant le Pôle Nord et l’atelier des lutins! Tu comprends, on n’avait pas envie de nous mélanger dans nos doux mensonges pour notre trésor qui croit tellement à la magie de Noël…

J’ai discuté avec des parents qui, eux, ont décidé d’éduquer leurs enfants “dans la vérité”.

Lire la suite sur le blogue Hibouge et Bilingo!

Toi, l’enfant qui a cessé de croire au Père Noël…

ip8_9cyna0w-daniel-cheung

À toi, l’enfant qui a cessé de croire au Père Noël durant les vacances, c’est pour toi que j’écris cette lettre aujourd’hui.

Peut-être est-ce un ami qui t’a appris la nouvelle? Ou un plus grand, ou peut-être as-tu simplement remarqué que quelque chose clochait quand le fameux personnage tout de rouge vêtu est entré chez ta mamie, cette année, pour faire sa distribution de cadeaux au réveillon… Au lieu du bon vieux Père Noël au regard bienveillant, tu n’as vu qu’un ami de la famille, un parent ou un adulte quelconque qui avait trop chaud sous son épais costume de feutre qui t’a semblé un peu moins impressionnant, un peu plus défraîchi que dans ton souvenir… Lire la suite

Noël, les traditions, la magie…

freestocks-org-172972“Quand j’étais petite, j’avais une gardienne aux cheveux argentés et soyeux. Quand elle m’asseyait sur ses genoux, j’observais avec fascination la peau mince comme du papier, presque translucide, de ses bras doux et plein de rides que le temps avait creusés. Elle avait honte d’être vieille, honte de son âge, alors que moi, je ne l’aurais pas souhaitée autrement. Elle s’appelait Thérèse. C’était ma grand-tante et elle a pris soin de ma sœur et moi jusqu’à ce que nous soyons prêtes à affronter l’école et le monde des grands.

Un peu avant le « vrai » Noël, il y avait « le Noël de Thérèse ». Elle vivait seule dans son logement de la rue Salaberry, à Valleyfield, avec ses moineaux gris, ses mésanges et ses écureuils apprivoisés qu’elle nourrissait de miettes de pain et de noix beaucoup trop chères.”

Lire la suite sur Ta Tribu!