Ce n’est pas censé faire mal !

mom and baby photo

J’ai longtemps hésité avant de choisir le sujet de ce premier article. Je me disais qu’on avait trop discuté à propos de l’allaitement et qu’il n’y avait plus grand chose à ajouter. Sauf que je me suis rendu compte que si c’était si bien expliqué, pourquoi m’étais-je sentie aussi nulle au tout début de cette expérience? J’ai été prise au dépourvu, moi qui avais suivi des cours prénataux et lu la célèbre bible “Votre grossesse au jour le jour”, ainsi que d’autres ouvrages…

Tout d’abord, j’aimerais qu’une chose soit claire : j’ai allaité ma fille pendant un an et j’ai trouvé que c’était l’une des plus belles expériences qui soient. Par ailleurs, mon but n’est pas de vanter les bienfaits de l’allaitement ni de culpabiliser les mamans qui choisissent le biberon ! Chacune est en mesure de prendre cette décision qui, à première vue, semble simple, mais qui, par la suite, s’avère beaucoup plus compliquée. Parce qu’il ne suffit pas de se dire: “Ah, ben oui, c’est sûr, l’allaitement, c’est ce qu’il y a de mieux pour la santé de mon enfant, alors c’est ce que je choisis !” Une fois notre minuscule petit amour dans les bras, c’est une autre histoire. Ce n’est pas aussi évident, ce n’est pas aussi automatique et donc “naturel” comme on se plaît à nous le répéter ! Parfois, ça l’est, mais pour beaucoup de femmes, c’est un apprentissage, voire un réel travail de chaque instant !

Je suis d’ailleurs persuadée que beaucoup plus de femmes continueraient d’allaiter passé les premiers jours suivant la naissance si elles avaient entretenu des attentes réalistes sur le sujet. Pourtant, même si j’ai adoré mes cours prénataux, j’ai une sérieuse critique à faire concernant ce volet. Pour des raisons qui m’échappent, j’ai l’impression que l’on tente de nous encourager à allaiter en nous cachant une grande partie de la réalité. Comme si on se disait : ” Ne leur dites surtout pas telle ou telle chose, car elles ne voudront jamais le faire !” Pourtant, c’est ce qu’il faudrait faire ! Dites-nous tout et dans les moindres détails, car, de cette façon, on saura à quoi s’en tenir ! De toutes façons, lorsqu’on vit des moments difficiles en allaitant et qu’on parle aux autres, on se rend compte qu’on n’est pas les seules dans cette situation ! Et que dire de la colère qui nous envahit en repensant à ce tableau tout rose qu’on nous avait peint auparavant. Il y a quelque chose d’infantilisant à tenter de nous ménager de la sorte… Et pour obtenir quoi ? Une maman qui se sent seule, découragée et complètement inadéquate ? Il y a de fortes chances qu’elle abandonne !

Dans le prochain article, la liste des choses à modifier lorsqu’on parle d’allaitement, une liste revisitée par mon petit moi-même.

Photo by photosavvy

Photo by photosavvy

Pascale Clavel

Détentrice d'un B.A.C.C. en enseignement et d'une maîtrise en littérature française, Pascale Clavel, une fois devenue la maman de Chacha (5 ans) et Loulou (1 an), a fondé ce blogue afin de concilier ses deux plus grandes passions : célébrer le monde de l'enfance à travers les mots...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

5 réflexions sur “Ce n’est pas censé faire mal !

  1. Rachel dit :

    Ha oui, j’oublais, la femme qui m’a donné le cours prénatal sur l’accouchement ne parlais pas de douleur mais d’inconfort…
    What?????

    • maman dit :

      Je me demande bien pourquoi on tente d’atténuer ainsi la réalité… Nous ne sommes plus des enfants. Je trouve que c’est une insulte à notre intelligence !

  2. Rachel dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Après avoir suivi mes cours prénataux, je me sentais prête à allaiter et même si j’étais consciente que j’aurais peut-être des difficultés, j’étais convaincue qu’en allant chercher de l’aide auprès de marraines d’allaitement, je trouverais solution à mes problèmes. Malheureusement, certaines difficultés se règlent seulement en passant au biberon. Quelle déception et quelle tristesse ce fut pour moi qui ne voulait pas me résigner à arrêter…

    • maman dit :

      Oui. Je comprends parfaitement ! Il y a tellement de choses qui peuvent survenir… Et des fois, on a beau tout essayer au risque d’y laisser sa santé…

Les commentaires sont fermés.