Pour nos filles…

mother-and-daughter-2078075_1920

Tranche de vie: Quand j’étais prof de français au secondaire, j’ai assisté à plusieurs spectacles où les élèves avaient la chance de démontrer leurs aptitudes artistiques. Je me souviens d’un Talent show qui m’avait particulièrement marquée alors que j’enseignais le français dans un établissement pour filles seulement.

Ce que j’avais vu m’avais, disons, un peu beaucoup scié les jambes… Mis à part certains numéros (deux sur trente mille!!!) où quelques filles s’étaient essayées à gratter la guitare ou à faire des capsules humoristiques, la grande majorité d’entre elles avaient choisi la danse. “C’est beau, la danse!”, que vous allez me dire! Bien oui, c’est beau la danse, sauf qu’elles faisaient tout sauf danser! Disons qu’elles jouaient “aux pitounes qui font la baboune“?  Passée la première réaction de malaise face à cette hypersexualisation marquée, suivait un ennui des plus mortels.

Parce que c’est ça, le problème avec ces modèles féminins unidimensionnels toujours-sexy-jamais-rien-d’autre qu’on met de l’avant dans les vidéosaprès le temps de réaction réflexe (quoi, de la peau?), bien, on finit par se lasser… Et je ne voudrais surtout pas que ma fille bâtisse son identité en pensant qu’être belle, qu’être une femme accomplie, ce n’est QUE ça! Si l’on se fie à ce qu’on nous montre dans ce type de clips, il faudrait constamment être sur le mode sexy à chaque pas que l’on fait, à chaque inspiration que l’on prend. Misère, ce n’est pas reposant comme plan de vie!

Je n’ai rien contre le fait d’embrasser notre sensualité, de la faire sienne (elle fait partie intégrante de chacune de nous et vaut mieux l’apprivoiser plutôt que la nier quand la puberté frappe à notre porte), mais je suis plus que blasée de cette survalorisation de cet aspect de la féminité…

Exemple à l’appui : J’ai sorti des boules à mites le clip “Dynamite” de Taio Cruz. Quand cette toune-là est sortie, bien, je ne me pouvais plus tellement je la trouvais bonne! Eh oui, je suis fan de pop. Celle qui nous fait danser. Celle qui nous fait du bien quand on a le cafard. Sauf que, quand j’ai vu le clip, j’ai été terriblement déçue par sa faible valeur créative. J’ai pris la chose hyper au sérieux, comme toujours. Bien oui, Taio Cruz, tu es capable de marcher avec des peeetounes qui tripotent des symboles phalliques hyper convenus ( gros outils, bâtons de dynamites, verres d’alcool…) C’est triste. Avant de continuer, voici la dite vidéo, même si ça me tue de lui donner une quelconque visibilité :

Regarder le début, c’est comme regarder la fin; il n’y a pas de différence! Vous constaterez que ma fibre artistique hurle d’indignation! Voyons, Taio Cruz, tu sais quoi!? (Je me permets de t’appeler par ton petit nom.) Oui, ton clip, c’est sûr qu’on va le regarder! Pourquoi? Parce que tu as utilisé le moyen le plus facile de capter notre attention en faisant exploser les neurones de notre cerveau reptilien! Et je suis en colère d’être aussi manipulable comme être humain!

Sauf que, à part te promener et avoir de l’attitude, qu’est-ce que tu sais faire? Tu es un artiste, chose, alors donne-nous un truc à nous mettre sous la dent! Danse, essaie d’incarner un personnage, raconte-nous une histoire, je ne sais pas, moi?Ta chanson célèbre la joie d’être en vie, d’être là; elle suscite une émotion puissante qui nous donne envie de faire des steppettes dans notre salon, de battre un record de course, de jouer au héros, de passer à travers une dure journée de boulot, de prendre nos enfants sur nos épaules pour qu’ils puissent “toucher le ciel”…

Regarde ce que d’autres ont fait, avec ta toune. Ces gens ne sont ni célèbres ni entourés de femmes-trophées, mais dans mon livre à moi, ils t’ont clanché, mon vieux…

Avouez qu’ils sont magnifiques! Avouez qu’eux, ils savent comment bouger! Et puis, la fille qui danse dans la lumière, cette silhouette nommée mystère dont on distingue à peine les contours, ce n’est pas sexy, vous pensez? Peut-être bien que oui, mais c’est plein d’autres choses en même temps!  En plus de se consacrer à la recherche sur le cancer, ces gens de tous âges aux mille visages ont même trouvé le temps d’apprendre à danser!

Alors voilà, c’est ça, un concept, Taio Cruz. Je pense que tu vas être capable toi aussi. Ça faisait longtemps que je voulais te le dire. Voilà chose faite.

Pascale Clavel

Détentrice d'un B.A.C.C. en enseignement et d'une maîtrise en littérature française, Pascale Clavel, une fois devenue la maman de Chacha (5 ans) et Loulou (1 an), a fondé ce blogue afin de concilier ses deux plus grandes passions : célébrer le monde de l'enfance à travers les mots...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email