“As-tu pris beaucoup de poids?”

cookie monster photo

“Puis, as-tu pris beaucoup de poids ?” Combien de fois avons-nous entendu cette question pendant notre grossesse ? Comme si c’était normal ! Comme si c’était d’intérêt public ! Comme si c’était un indicateur de réussite…  À ne pas confondre avec les personnes bien intentionnées qui nous disent que ça ne paraît presque pas ou qu’on n’a donc pas changé ! Le but étant de nous rassurer, de nous remonter le moral… Puisqu’il est donc difficile de ne pas parler de ce fameux poids, grossesse ou pas.

Le fait est que je ne suis pas totalement allergique à TOUS les commentaires sur l’apparence physique; cela dépend de la façon dont c’est amené… Ce qui me tue, ce sont les idées préconçues qui entoure la grossesse et la prise de poids. Il n’y a pas si longtemps, j’ai encore entendu un commentaire du type : “Moi, je n’ai grossi que de la bédaine enceinte. C’est ça quand tu es active!” Ben non, ce n’est pas ça, justement!  Arrêtons de culpabiliser les filles qui gonflent de partout comme des petits bonhommes Michelin et de congratuler celles qui n’ont que la fameuse petite bédaine qui poppe par en avant ! Parce qu’on ne décide pas comment on va grossir une fois enceinte! Même si on est active, même si on ne s’enfile pas quatre toasts au beurre de peanut avec poutine italienne!

Ça, mon obstétricienne l’avait bien compris et je l’en remercie! Il y a autant de façons de “grossir” enceinte qu’il y a de filles sur terre ou à peu près. Et de démoniser la prise de poids une fois enceinte rend les mères encore plus coupables inutilement. Oui, je comprends, il y a le fameux diabète à éviter. ON LE SAIT! Mais il n’y a aucune raison qu’une personne qui a de bonnes habitudes alimentaires et qui demeure active durant sa grossesse “capote” à chaque fois qu’elle voit le chiffre monter sur le petit cadran de la balance ! Être enceinte fait grossir, c’est un fait ! Le corps se prépare à allaiter, les tissus vont se relâcher…

 C’est sûr, toutes les filles voudraient rester “slim comme dans les films” et n’avoir à porter que le poids de fille ou fiston jusqu’au jour “J” de l’accouchement. Elles voudraient perdre leur bédaine molle comme une balloune dessouflée dans le mois à venir et sauter dans leurs jeans préférés et leurs talons hauts. Pour certaines, c’est une réalité. Mais ce n’est vraiment, mais vraiment pas tout le monde…

diet photo

Comme beaucoup de mes consoeurs, j’ai pris plusieurs livres durant ma grossesse. Et je suis une fille qui bouge. Et que je m’aqua-gym par ci ! Et que je me yoga par là! J’ai quand même pris du poids. Et cela m’a pris une bonne année et demie à fondre. Presque 2. Rien pour épater la galerie. Juste une perte de poids lente et progressive d’une fille qui a allaité, mal dormi et malgré tout, qui  a cardio-poussé pour voir des gens et réapprendre à bouger. L’été dernier, je n’étais pas encore super à l’aise dans mon bikini, dans cette traîtresse lumière du jour. Mais je l’ai mis quand même. Par principe. Non sans vouloir sauter dans mon une pièce et enfiler une paire de short, mais bon. L’effort était là.

Parce que ce n’est pas la fin du monde ! Une fois le facteur santé de la mère et du bébé préservé, la prise de poids est quasi inévitable. Le contraire l’est moins… Je ne peux parler pour les autres, mais de mon côté, je n’avais pas la force de sauter à pieds joints dans un régime sévère avec un bébé de quelques semaines qui se réveillait plusieurs fois la nuit. Je n’avais pas encore l’énergie de m’entraîner systématiquement 2 à 3 fois par semaine… J’ai avalé des éclairs au chocolat pour me garder réveillée, j’ai parfois mangé mes émotions à coups de tourbillons aux kit kat au lieu de me frapper la tête sur un mur en chantant I don’t know how, I will survive! Quand ma fille a eu deux mois et demi, je suis allée au cardio-poussette. Une fois par semaine, puis, tranquillement pas vite, deux fois. Plus pour le côté social que pour la tonicité de mon derrière…

On n’arrête pas de dire aux gens d’éviter les régimes et d’opter pour une perte de poids progressive. On dit aussi qu’il ne faut pas démoniser certains aliments et les bannir à jamais de notre alimentation (gâteau au chocolat, linguinis carbonara, frites sauce, quand vous nous tenez…), mais bien d’éviter les excès et d’opter pour de bonnes habitudes alimentaires. Et surtout, conserver la notion de plaisir liée à la nourriture… Alors pourquoi faudrait-il qu’il en soit autrement pour les femmes enceintes et “post-enceintes”!!!

Aujourd’hui, mon bébé a grandi et j’ai retrouvé mon hygiène de vie habituelle. Parce qu’on ne se transforme pas nécessairement en Cookie Monster parce qu’on a eu un bébé ! Alors, pourquoi cette urgence? Cette obsession de “rester” ce qu’on est ou de “redevenir” ce qu’on était dans les 5 secondes qui suivent la conception d’un enfant ou l’accouchement? C’est une question que je me pose à moi autant que je vous la pose à vous…

Bon gâteau tout le monde.

marie-antoinette cake photo

 

 

 

Pascale Clavel

Pascale est la maman de « Princesse-Petit-Chat» (4 ans) et de "Bébé-P'tit-Loup-d'Amour". Avant d'être leur maman, elle était enseignante de français et de littérature, mais elle a aussi eu de précieux moments avec les plus petits, à l'école primaire. Les mots et elle, c'est une grande histoire d'amour qui a officiellement pris son envol sur les bancs de l'Université de Montréal, en création littéraire...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email