Calmons-nous… (Moi, je “cardio-pousse”, suite et fin)

IMG_7997

Pourquoi donc ce dernier billet sur le Cardio-Poussette? Et bien, il est clair que j’aurais pu m’arrêter à deux, mais cela faisait trop longtemps que j’avais envie de questionner de vrais entraîneurs à savoir comment la maternité influençait l’activité sportive. Que ce soit au Cardio-Poussette ou ailleurs, on ne peut nier les changements corporels liés à la grossesse, puis, en un 2e temps, à l’allaitement. Bon, O.K., on voudrait bien faire comme s’ils n’existaient pas, mais veut, veut pas, ils sont là! Et même si vous êtes de celles dont l’apprence physique n’a pas changé d’un poil après l’accouchement (mis-à-part le fait qu’on vous jalouse à en mourir), il y a quand même quelques légers détails à considérer…

Les entraîneurs sont là pour nous rafraîchir la mémoire, d’ailleurs, parce que oui, c’est vrai, on a parfois la tête dure comme mères, même si on trouve que l’ensemble des parties de notre corps a fait le pacte secret d’être mou dans le seul but de nous agacer l’ego. Il ne faut pas se le cacher: avoir un enfant, ça représente une façon plutôt drastique de mettre son estime de soi à l’épreuve! Physiquement parlant, je veux dire… Souvent, le corps n’a plus tellement à voir avec sa version d’avant et, par-dessus le marché, il ne nous appartient plus vraiment. Allaitement ou pas, il est désormais mis à l’entière disposition d’un seul et unique être humain, et ce, à la seconde où ce dernier fait son entrée plutôt remarquée sur cette terre!

Dans ce contexte singulier de “dictature amoureuse”, si je puis me permettre, il est normal que les mères “s’oublient” au quotidien! Dans leur façon de s’entraîner, oui, mais aussi ailleurs. Du moins, c’est en partie ce que j’ai retenu de ma rencontre avec deux entraîneuses de Cardio Plein Air-Sherbrooke. Je leur ai demandé quels défis représentaient la clientèle du Cardio-Poussette, parce qu’avouons-le, les premiers mois post-accouchement sont assez intenses merci (même si on a créé la vie, qu’on est des déesses de la fécondité et qu’une musique d’opéra italien est sensée accompagner chacun de nos gestes bénis de privilégiées…)

Revenons dans le monde réel (et oubliez les petits oiseaux qui dansent dans une pluie de pétales de roses); en quoi donc consiste la tâche d’une entraîneuse pour nouvelles mamans? Et bien, en partie à nous ramener les pieds sur terre, justement! Parce qu’au début, il se peut (il y a de fortes chances!) que notre corps n’ait plus ni la même apparence, ni les mêmes capacités qu’avant. ET C’EST NORMAL! Un enfant a pris neuf mois à y grandir pour essayer d’occuper sa part d’espace sur cette terre! Il est donc naturel que le corps prenne autant de temps (et même plus!) pour redevenir ce qu’il était. Et parfois, il faut simplement accepter que certaines parties de notre anatomie ne reprennent pas exactement leur aspect initial (ouch!) Et ça veut dire quoi, au juste, “leur aspect initial”, puisque notre corps sera appelé à changer encore et encore au fil des ans? Vaut mieux s’y habituer tout de suite! Et puis, personnellement, je trouve que le sport est un excellent moyen de se réapproprier ce corps que l’on accuse à tort d’être différent.

Par ailleurs, les entraîneuses m’ont parlé de la relaxine, une hormone liée à l’allaitement qui peut augmenter le risque de blessures aux tendons et aux articulations. De plus, après la grossesse, certaines femmes ont une diastase des abdominaux, donc, prudence aussi quand vient le temps de solliciter ce groupe musculaire. Même chose pour le plancher pelvien qui en a eu pour son argent lors de l’accouchement! Les entraîneuses nous rappellent constamment de le garder “solide” durant la partie cardio-vasculaire. En fait, c’est devenu un “running gag” lors des séances, parce qu’elles nous en parle constamment! Jamais cette partie de mon anatomie n’a mérité un tel traitement V.I.P.!  Ça, et la fameuse gaine abdominale! C’est d’ailleurs pour toutes ces raisons que je ne me suis pas remise à l’entraînement seule, dans mon salon. Trop de risques, trop compliqué! J’avais besoin qu’on me rapelle que, même si on ne les voyait pas, certaines parties de mon corps étaient encore en convalescence! Et qu’elles méritaient bien quelques petites fleurs en attendant…

Je pourrais continuer longtemps comme ça, puisqu’au-delà de l’aspect physique, il y a toute la dimension psychologique reliée au “devenir mère”. Tout ce que je peux vous dire pour terminer, c’est que le Cardio-Poussette, c’est aussi un lieu d’échange où on peut “ventiler” avec des gens qui vivent la même réalité que nous. Et puis, le manque de sommeil, c’est aussi une garantie de rire contagieux!

Un merci tout spécial à Marie-France et Priscille de Cardio Plein Air-Sherbrooke pour m’avoir donné gracieusement de leur temps!

Pour en savoir plus sur Cardio Plein Air-Sherbrooke, je vous invite à consulter le site officiel de l’entreprise : http://www.cardiopleinair.ca/. Vous pouvez également joindre directement Mme Marie-France Tanguay au 819-612-0655.

Cardio Plein Air est présent dans plusieurs villes et régions du Québec, alors à vous de trouver votre espace vert où aller faire le plein d’énergie!

Pascale Clavel

Pascale est la maman de « Princesse-Petit-Chat» (4 ans) et de "Bébé-P'tit-Loup-d'Amour". Avant d'être leur maman, elle était enseignante de français et de littérature, mais elle a aussi eu de précieux moments avec les plus petits, à l'école primaire. Les mots et elle, c'est une grande histoire d'amour qui a officiellement pris son envol sur les bancs de l'Université de Montréal, en création littéraire...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email