Dodo avec papa!

J’avais terriblement hâte de vous donner des nouvelles de mon petit Loulou qui grandit. Plus de 1 an et demi maintenant qu’il est arrivé dans nos vies et c’est sans prétention, aucune que je vous affirme qu’il s’agit du plus fantastique des petits bonhommes que j’ai rencontrés! 😉 #mamangaga

Il est devenu charmant, câlineux, précis dans ses gestes et ses intentions (il est capable d’utiliser des ciseaux!!!). Son animal préféré est le panda (le dada) et il fait des petits bruits de chat et de camions avec sa bouche en courant partout dans la maison… Bref, c’est mon Loulou-tout-doux… Mon petit minou… Mais surtout, je voulais vous dire que cet incroyable mini charmeur dort bien la nuit. Malgré les dents, malgré le rhume collectif qui nous a tous écrasés durant la relâche. Vous voulez connaître mon secret? Bien, nous avons décidé d’un commun accord, mon chéri et moi, que ce serait papa qui irait le voir la nuit s’il se réveillait… On l’avait fait avec ma Chacha et deux nuits plus tard, elle avait compris. Compris que papa, c’était différent de maman et peut-être moins intéressant à faire venir en touriste dans le noir à deux heures du matin, hein?

Non pas que mon amoureux ne soit pas “maternant” ou qu’il manque de ressources pour s’occuper de son propre bébé, non! C’est simplement que la relation n’est pas la même. Je suis celle qui est toujours là, qui console plus souvent, qui court comme une perdue au moindre petit bobo (je n’en suis pas toujours fière)… Alors que lui, c’est celui qui rentre plus tard à la maison et qui est accueilli comme une rock star (INJUSTICE!!!!). C’est le parent joueur, un brin batailleur qui pousse sur les petits pieds pour grimper plus haut, qui se transforme en cheval, en balançoire en avion ou en camion ou, pire scénario, en monstre chatouilleur juste avant le dodo.

Revenons justement au dodo. Une journée de grande fatigue, mon conjoint m’a dit qu’il était disponible pour retenter le coup avec Loulou côté routine du soir. La première tentative avait été un échec lamentable; il s’était mis à hurler sa vie en me réclamant comme si je l’avais confié au Bonhomme Sept Heures ou à une sorte d’inconnu sans potentiel de douceur parentale (c’était seulement son père, après tout…) 😉 Malgré mes plaisanteries, ça m’avait découragée d’être la seule capable de faire le petit rituel autour de l’histoire et de la doudou… J’aimais le faire, mais vous savez, parfois, c’est long et exigeant, les petits minous en fin de journée. Je me sentais bien seule dans mon bateau qui commençait à prendre l’eau…

Mais là, Loulou a plus que coopéré! Et depuis… je laisse faire mon homme. C’est lui, le grand manitou de la nuit sans ennuis, maintenant. Et quelle différence. Deux histoires, quatre chansons, un bonne nuit et puis s’en vont. C’est tout! Alors que moi, c’était berce-berce jusqu’à ce que mon coco ferme les yeux et qu’il soit complètement endormi, mou-mou et prêt à être déposé dans son lit comme une pierre imperturbable!

Bon, il est clair que je vais aussi retenter le coup moi aussi… On trouvera bien une routine qui nous appartient comme je le fais si automatiquement avec ma grande. C’est pourquoi j’avais aussi envie aujourd’hui de vous présenter un chouette jeu en collaboration avec Le Coffre à Jouets : Bisous Dodos de Djeco! Si vous ne le connaissez pas, c’es hyper simple et, comme vous l’aurez compris, on l’utilise avant le dodo avec les enfants de 3 à 6 ans.

Il s’agit d’un jeu terriblement mignon-tout-plein et, tout comme l’histoire du soir, il permet de passer un moment privilégié avec notre enfant afin de faire le plein de câlins et de se séparer sereinement pour la nuit. 🙂

Le but du jeu

Il s’agit de réunir les trois cartes “drap” “oreiller” et “doudou” et aussi, d’avoir en sa possession le plus de cartes possible une fois ces trois éléments-clé réunis.

Le déroulement

C’est un jeu qui se joue à deux, donc, un parent et un enfant, mais on peut élargir le concept à la famille entière… 😉

  1. On place le personnage garçon ou fille sur le petit matelas, côté yeux ouverts.
  2. Le meneur (le parent) brasse toutes les cartes et rend la pile au joueur (l’enfant).
  3. L’enfant retourne les cartes une à une devant lui. Les cartes représentent des bisous, des câlins ou des chansons qu’il recevra plus tard à la fin de la partie. C’est vraiment adorable, car il y a des bisous sur le pied, le genou, le bedon… Et, aussi, des bisous papillons, des chatouilles, des caresses…
  4. Chaque fois qu’il tombe sur une carte “soleil”, l’enfant doit supprimer, une, deux ou trois cartes amassées selon le nombre de soleils illustrés.
  5. La partie s’arrête quand il a réussi à réunir les cartes “draps”, oreiller” et “doudou” pour placer près de son petit personnage et le border. Par la suite, le parent donne les bisous et les chansons des cartes accumulées et on tourne le personnage, yeux fermés juste avant d’aller au lit nous aussi!

Astuces d’enseignante

Ce que j’aime de ce jeu, c’est qu’il implique les enfants dans l’action (doucement), ce qui permet d’intégrer des notions de vocabulaire plus facilement pour ceux et celles qui apprennent mieux de cette façon. On travaille des mots sur les parties du corps, les animaux, le cri des petites bêtes… On apprend aussi à dénombrer grâce aux soleils. Les illustrations permettent également de bien saisir les concepts. Ainsi, on apprend que le papillon bat des ailes, car on se donne des bisous en battant des cils. Les battements d’ailes du papillon resteront donc gravés dans la mémoire du tout-petit afin de bâtir sa conception du monde autour de cet insecte particulier. Même chose pour le côté fragile et doux qui lui est rattaché…

Je vous souhaite plein de bisous avant le dodo, les parents!

Pour vous procurer le jeu, c’est ici!

Note : J’ai reçu le jeu Bisous dodo de la part du Coffre à Jouets, mais sachez que je ne présente que mes produits chouchous sur Un Autre Blogue de Maman.

Pascale Clavel

Détentrice d'un B.A.C.C. en enseignement et d'une maîtrise en littérature française, Pascale Clavel, une fois devenue la maman de Chacha (5 ans) et Loulou (1 an), a fondé ce blogue afin de concilier ses deux plus grandes passions : célébrer le monde de l'enfance à travers les mots...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email