Juger le mariage des autres

Eh non, ce n’est pas moi, ni mon chéri! Par contre, sur les autres photos, oui! 😉

Je suis de celles qui croient au mariage. J’ai voulu me marier et je l’ai fait. Pas pour les autres, mais pour moi, pour mon couple. Tout le monde a sa définition de la chose et quand une fille me confie en secret qu’elle rêve d’un joli mariage, je ne suis pas de celles qui lui tapent dessus en invoquant des arguments financiers ou en la sommant de cesser de croire aux contes de fées!

Tout le monde a besoin de symboles. Et qu’on le veuille ou non, le mariage est empreint d’un symbolisme puissant quant à la vie à deux et à l’engagement. Ce n’est pas obligé de coûter cher, ce n’est pas obligé d’être compliqué non plus, mais ce genre de rituel a été pour moi une façon de marquer le coup et de vivre un passage significatif dans ma vie. Peut-être que d’autres n’en ont pas besoin ou qu’ils soulignent leur désir de vivre ensemble autrement (et c’est tout à fait chouette), mais ils devraient laisser les rêveurs et les âmes romantico-philosophes s’exprimer sans jeter de pierre… Le mariage, c’est un choix personnel, tout comme le non-mariage, en vérité…

De mon côté, j’aimerais bien vous dire que le mien était une façon de créer un giga-méga gros party autour de magnifiques robes de soirée, de flûtes de champagne pétillantes et d’une foule de parents et amis en talons hauts qui se trémoussaient jusqu’aux petites heures sous un chapiteau débordant de fleurs, mais ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça… Oui pour le champagne, non pour la grosse fête paillettes-limousine digne des films hollywoodiens. 😉 Mais le site choisi à la Cendrillon était digne de mes rêves les plus fous…

On s’est mariés ailleurs, en France plus précisément. Ne partez pas tout de suite! Je sais que ça peut paraître un brin prétentieux, mais comprenez que j’habitais là-bas à ce moment-là, car j’avais suivi mon homme dans ses projets d’études et de boulot. C’était ça ou la rupture imminente, car qui pourrait endurer trois années à ne s’envoyer que des textos et à se téléphoner, moyennent quelques rendez-vous en vrai à panser les plaies de l’absence? Et une fois sur place, les mariages sont tellement moins chers là-bas!!! C’est fou! Les salles, les fleurs, le bon vin, la bouffe, TOUT!

Fin des justifications. Suite de l’argumentation pro-mariage. 🙂

Alors, pourquoi se marier, d’après vous? Pourquoi veut-on tellement de cette cérémonie grandiose? Je ne peux parler pour les autres, mais voici les raisons qui m’ont poussée à me lancer dans pareille aventure :

  • Parce que pour une fois dans notre vie, on peut penser à nous sans culpabilité. Se faire jolie, se donner de l’amour, de la douceur, se parer de petites étoiles pour briller le temps d’une journée, notre journée! Et Dieu sait que quand les petits bouts de choux débarquent et bousculent tout dans nos vies, ce genre de moment où l’on passe avant tout le monde, bien, c’est presque mort et enterré, disons? 😉 Alors pourquoi s’en faire? Vouloir être la reine de la soirée, ne serait-ce qu’une seule fois, ne va certes pas nous tuer!
  • Parce que c’est une magnifique occasion d’inviter des gens qu’on aime sans rien attendre en retour. Une invitation à un mariage, c’est un peu comme lancer des fleurs à chacun de nos invités … ” Hey, je t’aime tellement que j’ai pensé à toi pour vivre l’une des plus belles journées de ma vie!” Si la personne ne vient pas pour des raisons tout aussi valables les unes que les autres, bien, au moins, l’élan du cœur, lui, demeure.
  • Parce que c’est un moment unique où l’on prend le temps de planifier un rituel de passage dans notre vie de couple. Quand bloque-t-on du temps pour se célébrer en tant que “deux- personnes-qui-se sont-choisies-et qui-s’aiment“? Encore une fois, quand on devient parent, le toi-et-moi, ça tend à fondre comme neige au soleil, n’est-ce pas?

  • Parce que ça fait d’extraordinaires photos devant lesquelles s’extasier pour le reste de nos jours! Que l’on choisisse une version plus simple et pas chère ou qu’on y aille avec la totale, jamais on n’arborera un tel look de star dans le futur. Alors, aussi bien immortaliser toute cette beauté bien “léchée” avec de superbes clichés? Clichés que nous nous amuserons à montrer à nos enfants en nous positionnant dans le rôle de personnages de contes de fées, de héros flamboyants peut-être même pourvus de pouvoirs magiques? Car tout le monde le sait : le jour de notre mariage, les licornes existent, les tapis volent et quand on danse entrelacés dans notre petit nuage rose, on tourbillonne jusqu’aux étoiles! Et que dire du gâteau aux mille et une volutes de glaçage dignes des plus grands banquets princiers?

Pour aider ceux et celles qui se marient bientôt!

Je sais qu’un mariage, c’est beaucoup de préparation. Et l’un des volets que l’on néglige souvent, c’est la cérémonie. Cérémonie qui, je trouve, est l’une des parties les plus importantes, car c’est à ce moment que l’on scelle le pacte entre les deux amoureux transis 😉  que nous sommes… D’autant plus que tous les regards sont tournés vers nous…

Je vous partage donc les éléments-clés de notre cérémonie, question de vous aider et vous inspirer si jamais vous êtes à court d’idées :

Au début, j’ai fait mon entrée au bras de mon père sur le grand classique les canons de Pachelbel. 

Je sais, pas très original, mais j’ai eu beau chercher, aucun autre morceau ne me donnait autant de frissons.

Par la suite, lorsque la célébrante a pris le relais, nous avons décidé d’inclure trois parties à notre cérémonie, entremêlées au discours légal et officiel.

La cérémonie des disparus

Nous avions dressé une table près de “l’hôtel” (la cérémonie avait lieu à l’extérieur) où nous avions disposé de vieilles photos de nos parents défunts. C’était une façon de leur manifester notre amour et de leur dire que nous aurions aimé qu’ils assistent à ce moment important. D’une certaine façon, ils étaient avec nous. Mes grands-parents maternels et mon grand-père paternel en faisaient partie. Tout le monde devait déposer une rose sur cette table, à tour de rôle en signe de respect.

La cérémonie de la rose

Pour mon mari et moi, c’était important de consacrer un moment à nos mères dans la cérémonie. Mon père m’a conduite dans la “grande allée” et on a dansé une valse après le repas, alors je voulais que ma mère ait aussi un rôle actif. Nous avons donc pris quelques minutes pour donner une seconde rose (seulement mon mari et moi) à nos mères respectives. Une longue accolade et des je t’aime murmurés à l’oreille s’en sont suivis… Que d’émotions, je vous assure!

La lecture de textes inspirants

Comme nous ne nous sommes pas mariés religieusement, je souhaitais que les textes lus soient porteurs de sens pour mon chéri et moi. Ils devaient nous ressembler! Nous avons donc choisi trois personnes qui avaient une place toute spéciale dans nos cœur pour les lire : des membres de la famille et un ami cher.

Je vous fais cadeau de deux d’entre eux, car encore aujourd’hui, ils arrivent à me tirer quelques larmes… À vous de voir s’ils vous parlent. Je vous laisse avec ces mots magnifiques (qui ne sont pas de moi) et vous souhaite le plus beau, le plus merveilleux, le plus authentique des mariages!

Pascale xx

L’extrait du renard et des roses, Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry

“Ainsi, le Petit Prince apprivoisa le renard. Et quand l’heure du départ fut proche :

-Ah!, dis le renard. Je pleurerai…

-C’est ta faute, dit le Petit Prince. Je ne te voulais point de mal, mais tu as voulu que je t’apprivoise…

-Bien sûr, dit le renard.

-Mais tu vas pleurer!, dit le Petit Prince.

-Bien sûr, dit le renard.

-Alors tu n’y gagnes rien!

-J’y gagne, dit le renard. À cause de la couleur du blé. Puis il ajouta :

-Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. Tu reviendras me dire adieu et je te ferai cadeau d’un secret.

Le Petit Prince s’en fut revoir les roses.

-Vous n’êtes pas du tout semblables à ma rose. Vous n’êtes rien encore, leur dit-il. Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il encore. On ne peut mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu’elle vous ressemble. Mais à elle seule, elle est plus importante que vous toutes, puisque c’est elle que j’ai arrosée. Parce que c’est elle que j’ai mis sous globe. Puisque c’est elle que j’ai abritée par le paravent. Puisque c’est elle dont j’ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c’est elle que j’ai écoutée parler ou même parfois se taire. Puisque c’est ma rose.”

Extrait de “Éloge du mariage, de l’engagement et autres folies, Christiane Singer

“Pitié pour ceux qui se marient pour être heureux.

Pitié, qui, par malheur, seront trop longtemps heureux de ce bonheur anodin qu’on leur souhaite le jour de leurs noces – trop longtemps amoureux de l’amour inoffensif des lunes de miel!

Pitié pour ceux qui seront trop longtemps photogéniques et présentables comme au jour de leurs noces! Elles sont froides, les cages de verre quand la lumière des vitrines s’éteint!

Le mariage a pour nous d’autres ambitions.

Le mariage ne nous ne veut pas présentables, il nous veut vivants! Et il nous fera perdre la face, jusqu’à ce que, sous nos masques, apparaissent nos vrais visages…”

 

Pascale Clavel

Détentrice d'un B.A.C.C. en enseignement et d'une maîtrise en littérature française, Pascale Clavel, une fois devenue la maman de Chacha (5 ans) et Loulou (1 an), a fondé ce blogue afin de concilier ses deux plus grandes passions : célébrer le monde de l'enfance à travers les mots...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *