Lettre à ma fille…

heart photo

Chère fille de mon coeur, depuis l’instant où tu es née, je t’aime d’un amour plus grand que nature, mais le prix de cet amour, c’est aussi d’avoir peur. Peur pour toi. À chaque jour, à chaque instant…

Mon amour, j’ai peur. Peur que tu tombes, que tu t’égratignes, que tu te fasses mal et que je ne sois pas là pour te consoler…

J’ai peur que tu pleures lorsque je te laisse, que tu sois triste et que tu ne comprennes pas pourquoi. Pourquoi je te quitte pour mieux t’aimer à mon retour.

J’ai peur que quand je te punis, je te punisse mal et que tu grandisses le coeur en chagrin, alors que tout ce que je voulais, c’était te montrer le bon chemin…

J’ai peur qu’à l’école, tu rencontres des amis qui ne te méritent pas. Qu’ils te fassent pleurer alors que l’heure est à la fête. L’enfance ne devrait pas ressembler à une arène de lutte pour s’endurcir, mais bien à un éternel pique-nique au soleil.

Ma chérie, j’ai peur que plus tard,  tu refuses de faire ce qui te plaît le plus, parce que ça te paraît trop dur. Rien n’est trop dur avant d’avoir essayé. Si après avoir tout tenté, tu te cognes à un échec, dis-toi que toute cette aventure en a valu le coup et que tu pourras te reconstruire à partir de ce que tu as appris. Et recommencer. Là ou ailleurs. Car ce qui nous semble facile n’est pas nécessairement ce qui nous rend le plus heureux…

candies photo

J’ai peur que quand tu seras plus grande, tu oublies pourquoi tu es en vie. Les femmes n’ont pas été créées pour ressembler à des images, pour qu’à chaque pas, elles se demandent ce que les autres voient. Tu n’as pas à vivre constamment avec l’urgence de plaire, celle d’être désirable. Lorsque cela se produit, tu dois avoir le courage de retrouver la petite fille que tu étais, ce qui t’animait et t’y accrocher. La passion est la seule véritable façon de demeurer belle toute sa vie. Cultive-la et tu tisseras des liens puissants avec les autres et tu rendras quelqu’un heureux.

J’ai peur que tu comptes sur l’amour d’un homme pour te prouver que tu as de la valeur, alors qu’il n’en est rien. Les relations amoureuses sont parfois très compliquées, alors ne t’accroche pas à quelqu’un en vain, ne tente pas de construire un château alors que tu n’as entre les mains que des cendres. Trouve un vrai prince ou une vraie princesse et ton château viendra sans que tu t’en aperçoives.

Mon trésor, j’ai peur que quand tu me regardes, tu ne vois que mes blessures, mes faiblesses et mes manques alors que je ne voudrais te transmettre que mon courage, ma force, ma légèreté et ma joie de vivre…

J’ai peur que lorsque plusieurs années auront passé et que nous serons en désaccord, tu oublies à quel point nous étions proches et que te ne vois en moi qu’une vieille chouette aux idées dépassées… J’espère alors que même si nos têtes refusent de s’ouvrir à l’autre, nos coeurs retrouveront le chemin pour se comprendre et se souviendront du temps où ils battaient presque à l’unisson, alors que tu n’étais encore qu’un tout petit bébé. Le temps n’est rien lorsque le coeur reste le même…

Je t’aime, mon ange. Continue d’être forte et courageuse. Continue de vivre avec autant d’intensité, mon petit bout de fille sans-peur-et-sans-crainte…

birthday photo

Pascale Clavel

Pascale est la maman de « Princesse-Petit-Chat» (4 ans) et de "Bébé-P'tit-Loup-d'Amour". Avant d'être leur maman, elle était enseignante de français et de littérature, mais elle a aussi eu de précieux moments avec les plus petits, à l'école primaire. Les mots et elle, c'est une grande histoire d'amour qui a officiellement pris son envol sur les bancs de l'Université de Montréal, en création littéraire...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email