Les vacances : angoisse ou plaisir?

Par Josée Godbout de Drive Leadership and Coaching

Nous sommes au début du mois de juin.

Les vacances s’en viennent. Qu’allons-nous faire de ces vacances d’été?

Est-ce que les vacances vous angoissent ou vous réjouissent?

  • Est-ce que vous avez fait la liste de TOUTES les tâches domestiques que vous aimeriez entreprendre et des améliorations à faire dans votre environnement de vie?
  • Est-ce que vous avez déjà en tête tous les amis avec qui vous voulez faire des BBQ pour rattraper le temps que vous n’avez pas eu avec eux dans les derniers mois?
  • Êtes-vous de ceux pour qui les vacances se planifient un an à l’avance, et vous savez déjà TOUT ce que vous allez faire dans les moindres détails?

Lire la suite

Procrastination, quand tu nous tiens…

Par Josée Godbout de Drive leadership and coaching

De la conciliation travail-famille…

La force de l’intention

Mini-bilan : un outil pour une grande satisfaction (et pour éviter le chaos)

C’était lundi matin, moment parfait pour faire le point. Comme je le fais souvent dans mon rituel d’écriture, j’ai pris le temps d’observer ce qui se passe dans ma vie.

J’ai constaté qu’avec ma fille, ce n’était pas tout à fait aussi fluide que je le souhaitais, et j’avais l’impression qu’elle n’était pas tout à fait coopérative. Lire la suite

“En passant, comment ça va?”

Par Isabelle Déry, psychologue (et collaboratrice à la garderie-maternelle Hibouge et Bilingo)

Avertissement : Le présent article ne remplace pas une évaluation de la part d’un professionnel de la santé physique ou mentale. Des éléments liés au contexte et à l’historique de chaque patient doivent être pris en considération avant de poser un diagnostic. Merci.

« Bonjour, ça va? »

” Hey, salut! Comment vas-tu?”

Nos formules de politesse sont souvent lancées à la volée, aussi rapidement qu’un « bonjour »,  autant à la caissière de l’épicerie qu’à une amie proche…  Elles ne permettent aucunement de connaître l’état émotionnel réel de la personne… Plongée dans la conversation “qui compte vraiment”, nous passons rapidement à autre chose. Lire la suite

Quand la maladie frappe mamie…

Par Josée Godbout de DRIVE Leadership and coaching

Quand les proches sont gravement malades…choisir le travail ou tout lâcher ?

Y a-t-il une bonne et une mauvaise façon de vivre ça ?

Quand les proches sont gravement malades, on se retrouve devant une question lourde à porter ; que doit-on choisir ? Mettre sur pause sa vie en quelque sorte, ses engagements professionnels, ses loisirs, sa routine ou bien… Lire la suite

Subir ou agir? En tous cas, choisir!

christin-hume-309877 (1)Par Josée Godbout

Tout récemment, j’ai expérimenté la force du choix, celui de subir une situation ou d’agir pour l’adapter.

Et j’ai eu cette occasion de nouveau ce matin…

Après avoir déposé ma fille à l’école, j’ai essayé de régler toutes les petites courses pour pouvoir passer plus de temps de qualité avec elle le soir. En essayant de prendre un raccourci, je me suis butée à une rue fermée. Je me suis ensuite dirigée vers la Coop d’Alentour, ils étaient en train de déménager. Une lumière s’allume dans le tableau de bord de la voiture, me demandant d’aller mettre de l’air dans un pneu qui est soudainement mou. J’ajoute donc un autre détour. Puis en arrivant au bureau de poste, le commis me dit qu’ils n’ouvrent le comptoir postal qu’à 9 h. Il était 8 h 45. Le paquet devait partir aujourd’hui…

J’avais donc des choix devant moi : revenir chez moi pour débuter mon travail, et être frustrée ou contrariée de l’heure que je venais finalement de perdre, ou choisir d’en tirer le meilleur en revoyant mes priorités. Ce que j’ai fait! Bravo Josée! ;o)

Parfois, les choix se présentent de manière encore plus… apparente.

Récemment, mon corps a réagi en étalant sur mes jambes des cloques qui ressemblaient à de l’herbe à puce. Méga frustration de me faire réveiller à 1 h du matin par les démangeaisons et avoir l’impression de devenir folle à ne pas pouvoir me gratter… Couchée avec mes cataplasmes d’argile sur les jambes, enveloppées avec du Saran Wrap comme un jambon au frigo (pour être certaine de ne pas les gratter durant mon sommeil), j’essaie de ne pas bouger. C’est là que la force du choix, celui de guérir plus vite, intervient si bien. C’est la seule chose qui m’empêche de ne pas succomber à la tentation immense de tout arracher et de gratter!!!

Même chose quand, après un retour de 3 semaines de vacances où j’ai fait le choix de complètement décrocher pour vraiment me reposer, devant tous les courriels accumulés, les messages Facebook et Linked-In, etc. je fais le choix, chaque matin, de rester zen… après quelques minutes de panique interne!!! Parfois, le pouvoir du choix, ça demande tout un effort!

Quand je me réveille le matin avec une certaine angoisse, j’ai le choix de suivre ce mouvement ou pas. Est-ce que je subis ou j’agis? Est-ce que je peux influencer mon état? Oui! Et c’est ce que je m’engage à faire.

Même si parfois j’oublie, je recommence et me réengage. J’accueille alors l’angoisse, et je vais voir l’intention. Bien souvent, cette intention est en lien avec la beauté du désir de respecter mes engagements. Ce que je fais toujours mieux quand je ne succombe justement pas à l’angoisse!

Et vous? Quels sont vos exemples de succès dans lesquels vous avez décidé de choisir au lieu de subir?