Bébé Mateo et le gène du voyageur!

Eh non! L’été n’est pas encore terminé ici! Il reste encore quelques jours pour une dernière escapade! D’ailleurs, on devrait toujours avoir du temps pour voyager, même si c’est simplement pour un week-end, une journée, une soirée…

On vous présente Gabrielle, une éternelle amoureuse des voyages qui a décidé d’en faire un mode de vie! D’autant plus que la famille s’est agrandie…Ça fait plus de gens heureux! Suffit d’ajouter un petit brin d’ingéniosité à la recette et on y est! Enfin, presque…

Merci, Gabrielle, de nous livrer tes astuces, tes défis de globe-trotter devenue maman et autres trucs bien, bien utiles! #avezvousuncrayon

Un texte de Gabrielle Tardif

Notre histoire

Je suis la maman d’un superbe bébé d’un an prénommé Mateo. Son papa est Péruvien et sa maman Québécoise. J’ai rencontré le papa de Mateo lors d’un projet de coopération au Pérou et, comme ils le disent si bien en anglais : « The rest is history ». Ainsi, notre famille est née du voyage. De mon côté, j’ai toujours été passionnée de voyage ayant eu des parents aventuriers qui ont déménagé leur petite famille en Nouvelle-Zélande avant de revenir plusieurs années plus tard. J’ai même récemment eu la chance de pouvoir décrocher la citoyenneté néo-zélandaise pour mon fils grâce à leurs péripéties.

Les miennes m’ont emmenée à visiter la Grèce, l’Italie (projet-études), l’Allemagne (projet-études), la Belgique, la France, l’Angleterre, la Finlande, la Suisse, le Mexique, la Bolivie, l’Australie, Sainte-Lucie, Cuba, la Nouvelle-Zélande et bien sûr, le Pérou.

gabrielle 1

Crédit : Sara Scott

On se demande ensuite : “Comment fait-on pour continuer tout cela en famille?”. Compte tenu des besoins de bébé, des finances et des nouvelles contraintes de temps…

Les débuts

Il était important pour moi de transmettre le goût de l’aventure et ces expériences à mon enfant. Même enceinte de lui, je suis allée au Pérou, en Floride, à Halifax et à Toronto, tout cela en avion durant mon second trimestre.

Dès que notre loup est né, nous avons dû nous rendre à l’évidence que cet ange avait besoin de beaucoup d’aide et de discipline de notre part pour le dodo!  Mateo a suivi le programme N.A.P.S. (qui nous a sauvé la vie!) et dormait à toutes les heures et demie pendant les premiers six mois de sa vie; il dormait souvent, pas longtemps et avait besoin de beaucoup d’aide pour s’endormir.

Comment donc voyager avec un poupon de ce genre?!

Au lieu de nous isoler en restant chez nous, nous avons décidé et avons eu la chance d’avoir des raisons familiales et amicales pour sortir de la maison et de notre environnement.

Nous sommes ainsi allés au baptême du cousin de Mateo à Toronto lorsque Mateo n’avait qu’un mois et sommes allés au Vermont quelques semaines plus tard y visiter des amis. Nous avons même dû nous rendre rapidement au Pérou pour une urgence familiale (Mateo n’avait alors que 4 mois).

Afin de satisfaire les besoins de Mateo, nous avons eu recours à trois armes très puissantes : la planification, le porte-bébé et l’allaitement!

  • La planification

Nous planifions et re-planifions constamment. C’est-à-dire qu’on s’assure de pouvoir faire dormir Mateo peu importe l’environnement (et donc de pratiquer plusieurs méthodes de gestion de dodo), de le faire dormir dans le moïse de voyage avant le départ et de prévoir les lieux et les accessoires nécessaires à l’allaitement. Nous avons même choisi des vols en conséquence de son rythme!

  • Le porte-bébé

Celui-ci est magique afin d’être plus mobiles, pour endormir et pour garder Mateo endormi. Avec un porte-bébé, on peut faire des randonnées, aller au musée, dans des boutiques, etc. Si bébé est en train de se réveiller, on se dandine de nouveau pour le rendormir. En voyage, un porte-bébé, ça ne prend pas de place. Que des avantages!

  • L’allaitement

Pour moi, l’allaitement a fonctionné. Ainsi, ça nous a permis de ne pas avoir à planifier de biberons en plus de pouvoir aider Mateo avec la pression de la cabine au décollage et à l’atterrissage en l’allaitant à ces moment-là. De plus, afin de le garder endormi pendant notre vol nocturne de 8 heures à destination du Pérou, je le remettais au sein au besoin. Magique, quoi!

Nos escapades « de plaisir »

En plus de continuer nos escapades de visites familiales; nous voulions aussi continuer à voyager pour le plaisir, partir à la découverte ou juste changer d’air.

Les finances

Les finances peuvent être un obstacle important au voyage. Lors du congé de maternité, paternité et/ou parental, on a un revenu réduit malgré des dépenses qui augmentent (la première année de vie d’un bébé coûte plusieurs milliers de dollars à ses parents).  Il faut donc faire preuve de créativité pour continuer à faire des escapades avec nos enfants!

gabrielle 2

En bateau à Terre-Neuve, à la découverte de baleines, de macareux et de icebergs!

De notre côté, quelques trucs ont aidé; nous avons, tel que mentionné plus tôt, visité des membres de la famille (où on n’a pas eu à payer pour nous loger) et nous faisons aussi des petits voyages d’une journée (donc pas besoin de payer l’hôtel). Pour notre voyage à Terre-Neuve,  nous avons utilisé nos points de voyage pour acheter nos billets d’avion, nous avons visité le site Airbnb pour louer un petit appartement pas cher où nous pouvions cuisiner et donc, pas besoin d’aller au resto!

gabrielle 3

Les icebergs à Terre-Neuve

Les contraintes de temps

Tel que mentionné ci-haut, pour réussir à voyager un peu, nous avons décidé de faire des escapades d’une journée. Nous aimons aller à la plage, au Vermont, dans les Cantons de l’Est, etc. Tant que c’est à moins de 2 heures de route. Nous avons même une petite liste d’idées pour nous inspirer la fin de semaine. Ce que nous devons faire, par contre, c’est de partir avant la première sieste (en profiter pour faire dormir bébé dans l’auto). C’est tellement important parce que bébé sera en pleine forme à votre arrivée et n’aura pas eu à s’ennuyer trop longtemps dans l’auto (Mateo n’a pas une patience infinie, surtout quand il est restreint dans son siège d’auto).

Si vous voulez vraiment profiter de votre journée, pensez à apporter des repas pour la voiture. Ainsi, le déjeuner et/ou souper peuvent être donnés dans l’auto pour maximiser votre temps de sortie (et cela permet d’économiser). Pensez à apporter des choses comme du fromage, des sandwiches, des fruits comme des bleuets et des raisins; de la nourriture pas trop salissante et facile à gérer dans la voiture.

S’il y a quelque chose que j’ai trouvé très important à faire, c’est de réellement m’adapter au rythme de mon bébé. Tout le monde s’en porte mieux et profite au maximum de l’escapade. Nous avons même allégé et raccourci notre voyage à Terre-Neuve afin de mieux profiter de notre temps là-bas en compagnie de notre petit loup. Activités adaptées = pas de crises et parents heureux!

On vous laisse ici! Mais pas avant de vous rediriger vers un super article de BB Jetlag sur la location de maisons et d’apparts partout dans le monde! En plus des économies sur les restos dont parlaient Gabrielle, il y a pleinnnn d’autres avantages! Il existe également des sites particuliers pour dénicher des maisons  spécialement aménagées pour les voyageurs avec enfants! Des maisons “family friendly”, quoi! #vraiment

À plus!

Lorsque vous consultez la chronique « Voyager avec bébé et Cie. », vous reconnaissez avoir lu et compris ce présent avis de désengagement de la responsabilité en cliquant sur le lien suivant.

gabrielle 4

Village de pêcheurs : Quidi Vidi à Terre-Neuve en juin 2016…

Pascale Clavel

Détentrice d'un B.A.C.C. en enseignement et d'une maîtrise en littérature française, Pascale Clavel, une fois devenue la maman de Chacha (5 ans) et Loulou (1 an), a fondé ce blogue afin de concilier ses deux plus grandes passions : célébrer le monde de l'enfance à travers les mots...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email