“Slow travel” à Portland

20170412_112503

Vous aimeriez planifier de petites vacances pas compliquées, mais vous avez tout de même quelques attentes pour satisfaire votre besoin d’évasion? Vous souhaiteriez que tout le monde soit content, à commencer par vous?

Voici nos lieux de prédilection et bonnes adresses rencontrées ça et là lors de notre dernier voyage dans le Maine! Sans vraiment nous en rendre compte, nous avons adopté le “slow travel” et laissez-moi vous dire qu’on n’a pas du tout regretté cette décélération le temps d’une escapade!

Avant toute chose, je dois vous faire une confession. Nous devions partir trois semaines (quelle générosité qu’on s’accordait là) non pas dans le Maine, mais dans notre Bretagne adorée. Nous avions gardé de notre dernier séjour avec bébé fille une vision quasi fantasmatique de ce coin de pays en bord de mer et on avait envie de s’y tremper à nouveau…

Mais juste avant le départ, fille s’est mise à tousser à s’en décoller la plèvre ( comme Georgette dans Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain…) et moi, bien, j’imagine que mon système n’était pas assez fort pour résister à la tentation de me faire couler du nez comme érable au printemps!

Bref, on a annulé. Une fois le moment de grande déception passé, mon chéri est parti pour affaires (il n’avait pas vraiment le choix), juste le temps de régler ses trucs, puis il est revenu pour que nous puissions réinventer nos vacances familiales, question de ne pas tout perdre…

On s’est dit : “Tu es crevé? Moi aussi. Mais on a tellement besoin de décrocher que, si on reste ici, on va se remettre à travailler!”

Et c’est là que le Maine a fait irruption dans notre esprit. Cet havre tout de plages et de boisés qui n’a presque plus de secrets pour nous; c’était parfait, puisqu’on n’avait nulle envie de nous jeter dans la planification rigoureuse… On a été nous-mêmes surpris par la manière dont on a vécu ces retrouvailles.

Papa et fille ont pris leur temps après les balançoires... Inutile de vous dire que, moi, je me reposais la bedaine sur un banc...

1. On a à peine marché sur les plages d’Ogunquit et ses environs. Mais que nous arrivait-il? On a plutôt trouvé une sorte d’impression de “comme chez soi” dans les rues animées du centre de Portland. Et puis, comme on était en avril, on s’est mêlés à la faune locale, ce qui fut une expérience des plus rafraîchissantes! Être confortables et à la fois dépaysés par l’aspect non touristique des lieux, vous me suivez?

Le matin, on allait au parc, l’immense, le magnifique parc qui donne sur la mer et où tous les parents du coin se rencontrent de bonne heure pour prendre le temps d’ouvrir tranquillement leurs yeux au rythme apaisant du va-et-vient des balançoires.

On a donc été témoins de conversations de parents qui se tiennent, qui font de leur mieux, qui arrivent à être heureux dans le soleil du matin d’un terrain de jeu. Du déjà vu. Du rassurant.

“Puis, ton boulot?”

“Bof, je ne suis plus sûr d’aimer ça. Je manque de défis. Mais t’sais, avec les enfants, je ne peux pas me permettre de faire l’imbécile en partant sur un coup de tête.”

“Et vos vacances? C’était bien? Les enfants ont aimé? Combien de temps êtes-vous partis ? Vous nous avez manqués! On ne vous voyaient plus ici!”

Le point culminant de ces matinées de doux flânage en plein air? Faire des bulles pour fille qui tentait de les attraper en repoussant, de temps à autre, une petite mèche de cheveux rebelle qui lui collait au visage et qui la gênait dans sa chasse au savon. Et ça, c’était sans parler de la marmaille des autres et des sourires complices de leurs parents.

Si on l’avait vraiment désiré, on aurait pu étirer ces matinées jusqu’à la sieste, puisqu’un peu avant midi… les “food trucks” faisaient leur apparition !!! Cafés (chauds!) spécialisés, sandwiches et grilled chesse, canollis frais du jour… Tous les ingrédients y étaient pour qu’on ne veuillent plus bouger de là!

La matinée était fristounette, mais on a vite retiré le bonnet et les pantalons de puie en après-midi, car les manches courtes étaient de mise!

La matinée était “fristounette”, mais on a vite retiré le bonnet et les pantalons de pluie en après-midi, car les manches courtes étaient de mise!

On a ensuite fait des terrains de jeu nos sanctuaires tout au long de notre voyage. Celui de Kennebunk en bord de mer est assez chouette aussi...

On a ensuite fait des parcs nos sanctuaires tout au long de notre voyage. Celui de Kennebunk en bord de mer est assez chouette aussi…

parc Kennebunk balançoire

Ce qu’il y a d’autre à faire à Portland à part “jouer”? Eh bien, comme on avait déjà fait l’excursion en bateau l’année dernière, on a opté pour la balade au bord de la mer, sur la piste cyclable aménagée. Comme c’est une bonne “trotte” jusqu’au centre-ville, on a bougé en poussette (et apporté la crème solaire!!) ou on prenait le petit train !

On mourait d’envie de visiter Cape Elisabeth (là où le fameux phare photographié des millions de fois sur les brochures touristiques trône au milieu des rochers, dans toute sa splendeur) et jouer les explorateurs en parcourant les 94 acres de Fort Williams Park, mais, comme on a quitté pour Ogunquit… Ce fut en fait la seule entorse à nos principes de voyageurs “lents” et j’avoue qu’on l’a un peu regretté…

Conseil d’amis : quand on est bien, on reste!

À suivre… pour de bonnes adresses gourmandes “hors des sentiers battus” à Ogunquit, une petite virée urbaine à la manière des touristes “backpackers” à Portsmouth et un hôtel sensas pour les loulous au New Hampshire!

Coups de pouce en vrac pour parents :

  • On a logé aux Homewood Suites by Hilton qui se situaient un peu à l’extérieur de la ville. C’était en grande partie pour économiser (les chambres étaient moins chères), mais on y était vraiment bien. Le service pro-famille? Impeccable! De plus, elles étaient situées tout près d’une zone commerciale avec restos, magasin à grande surface (Wallmart pour ne pas le nommer) pour les petits oublis (dentifrice de fille, flotteurs pour la piscine de l’hôtel, fil dentaire…) et crèmerie-bar-à-yogourt-glacé (le Sweetfrog) pour assouvir les grosses petites fringales de fin de soirée!
  • Pour ce qui est des restos, on a initié notre cocotte à quelques règles de bienséance à table dans un resto “chic” au Cinque Terre où l’accueil a été plus que chaleureux pour la petite famille que nous étions.
  • Pour un repas où personne ne se prend la tête? Vous allez rire, mais on a adoré la chaîne de restos mexicains Chili’s (à deux pas de l’hôtel)! Un royaume pour les enfants avec un petit menu varié et santé avec des entrées de légumes “on the side” que l’on choisit nous-mêmes…

Pascale Clavel

Pascale est la maman de « Princesse-Petit-Chat» (4 ans) et de "Bébé-P'tit-Loup-d'Amour". Avant d'être leur maman, elle était enseignante de français et de littérature, mais elle a aussi eu de précieux moments avec les plus petits, à l'école primaire. Les mots et elle, c'est une grande histoire d'amour qui a officiellement pris son envol sur les bancs de l'Université de Montréal, en création littéraire...

Les derniers articles par Pascale Clavel (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email