Gnocchis à la patate douce et à la sauge

Par Anne-Catherine Rioux de Ces Petits Riens

On est souvent intimidés par les gnocchis. On se dit que c’est compliqué, qu’on ne sera pas capables… Moi, je vous dis que c’est simple, que ça se fait même un soir de semaine et que les enfants vont avoir beaucoup de plaisir à faire des petits serpents dans la farine et les couper. Mes filles en font depuis qu’elles ont 2 ans. 😉

Ce qu’il faut garder en tête, c’est que les gnocchis n’ont pas besoin d’être esthétiquement parfaits, ils ont besoin d’être bons!

Mon mari m’avait demandé de lui faire cette recette pour son anniversaire. Ce qui est bien, c’est qu’on peut les servir en accompagnement d’un poulet ou vous pourriez aussi y ajouter du canard confit pour rendre le plat plus spécial.

Mon truc, c’est de faire la purée la veille pour qu’elle soit froide le lendemain et donc, plus facile à travailler. On pourrait, par exemple, faire la purée de pommes de terre le dimanche pour la servir avec un plat et utiliser la balance pour faire les gnocchis le mardi soir.

Ingrédients  (pour 6 personnes si servi en guise de plat principal)

Pour les gnocchis :

  • 1 ¼ de livres (630 g) de pommes de terre russet. C’est environ 2 grosses pommes de terre
  • 1 patate douce (340 g)
  • 1 œuf
  • muscade (environ ½ c. à thé)
  • 1/3 de tasse de parmesan râpé et plus pour le service
  • 1 ½ à 2 tasses de farine – C’est important d’y aller progressivement avec la farine. Lorsqu’on a une belle texture, pas trop dense, et qui semble facile à manipuler pour faire nos petits serpents, c’est signe qu’on a assez de farine.
  • sel et poivre

Pour la sauce :

  • 1/3 de tasse d’huile d’olive
  • une poignée de sauge fraîche
  • 2 c. à soupe de beurre

Préparation :

Peler et couper les pommes de terre ainsi que la patate douce. Les faire bouillir dans l’eau avec une pincée de sel jusqu’à ce qu’elles soient cuites.

Retirer l’eau et piler les pommes de terre. Si vous avez un moulin à légumes, c’est le temps de le sortir! Ça fait de belles purées lisses comme de la soie!

Lorsque la purée est froide, ajouter l’œuf, le parmesan, la muscade. Saler et poivrer au goût.

Ajouter la farine progressivement jusqu’à l’obtention d’une belle pâte facile à manipuler.

Couper la pâte en 6 morceaux. C’est maintenant que le plaisir commence!

Mettre une casserole sur le feu et faire bouillir de l’eau avec du sel.

Sur une surface enfarinée, rouler des petites parts de pâte en serpent. Avec un couteau, couper vos gnocchis et les mettre, sans les empiler, sur une plaque couverte d’un peu de farine. Répéter jusqu’à ce que toute la pâte soit coupée.

Pour faire cuire les gnocchis :

Quand l’eau bout, faire cuire les gnocchis. Il est préférable d’en faire cuire une partie, puis de faire cuire les autres par la suite. Quand les gnocchis flottent (environ 3 minutes), c’est qu’ils sont prêts! Les retirer avec un tamis ou une louche percée. Les transférer dans la sauce (déjà prête) au fur et à mesure.

Pour la sauce :

Mettre l’huile et le beurre dans une poêle et les faire cuire environ 3 minutes. On veut une couleur noisette. On y ajoute la sauge aussi pour qu’elle dore légèrement. Tel que mentionné, on ajoute les gnocchis à la sauce au fur et à mesure qu’ils sont cuits.

La bonne nouvelle : ça se congèle pas cuit! On les étend sur une plaque, on les place au congélateur et le lendemain, on place le tout dans un contenant hermétique. Ça se conserve un mois et pas besoin de les décongeler avant de les faire cuire! Merveilleux, non?

Pssst! Voici ce à quoi les miens ressemblent afin de vous guider un peu quand viendra le temps de couper les “petits serpents”… 😉

Anne-Catherine Rioux

Anne-Catherine Rioux

Chez nous, c’est toujours la cuisine du quotidien, celle qui comble et qui rend heureux. Ce sont les plats au centre de la table, les repas « restaurant chez maman » où chacun choisit ce qu’il a envie de manger. Chez nous, il y a toujours des petites mains dans la cuisine, qui jouent ou qui cuisinent, des petites dans les jupes de leur maman. Qu’on soit mardi ou samedi. Le dessert pour moi, c’est le bonheur de voir mes proches être heureux de cette finale de repas.

Le dessert, c’est le point d’exclamation, ce petit rien si important. Et Ces petits riens est né de ça, de ma famille, de notre quotidien.
Anne-Catherine Rioux

Les derniers articles par Anne-Catherine Rioux (tout voir)

Le plaisir de partager...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

2 réflexions sur “Gnocchis à la patate douce et à la sauge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *